•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin du prêt de livres entre bibliothèques

La bibliothèque municipale de Barrie.
La bibliothèque municipale de Barrie Photo: Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel
Marie-Hélène Ratel

Les bibliothèques municipales de l'Ontario n'auront plus accès, à partir du 26 avril, au service de prêt de livres entre bibliothèques partout dans la province en raison de coupes budgétaires du gouvernement Ford.

Les organismes Service des bibliothèques de l’Ontario-Sud et Service des bibliothèques de l’Ontario-Nord ont vu se réduire de 50 % le montant qui leur était alloué par la province, lors du dépôt du budget du gouvernement.

Par conséquent, certains services sont éliminés dès cette semaine, dont le prêt de livres entre bibliothèques, un service qui était utilisé par des milliers d’usagers partout en Ontario.

En 30 ans de métier, Barbara Franchetto, directrice générale du Service des bibliothèques de l'Ontario-Sud, n’a jamais vu de coupes aussi draconiennes. La nouvelle l’a prise par surprise.

On prévoyait peut-être des coupes de 5 ou 10 %, mais pas de 50  %. C’est dramatique. [...] Ça veut dire qu’on doit éliminer des services et non réduire des services.

Barbara Franchetto, directrice générale, Service des bibliothèques de l'Ontario-Sud

La moitié des membres du personnel de l’organisme Ontario-Sud perdent leur emploi, soit 24 personnes.

D’autres mises à pied sont à prévoir au sein de l’autre organisme, Ontario-Nord, dont les bureaux se trouvent à Sudbury. Sa directrice générale, Mellissa D’Onofrio-Jones, compte annoncer des changements organisationnels plus tard cette semaine.

La collection en français de l'une des succursales de la bibliothèque de Vaughan.La bibliothèque municipale de Vaughan offre beaucoup plus d'activités en français depuis un an. Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

Conséquences pour les lecteurs francophones

Le PDG de la bibliothèque de Newmarket, Todd Kyle, croit que les lecteurs qui empruntent des livres dans d’autres langues, notamment en français, seront touchés par les changements.

Notre sélection à Newmarket pour les livres en français est assez petite. Ce service nous permettait de faire venir les livres demandés par les clients.

Todd Kyle, PDG de la bibliothèque de Newmarket
Portrait du pdg de la bibliothèque municipale de Newmarket, Todd Kyle, à l'extérieur.Le pdg de la bibliothèque municipale de Newmarket, Todd Kyle. Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

La dirigeante de la bibliothèque de Barrie, Lauren Jessop, abonde dans le même sens et ajoute que ce ne sont pas tous les titres qui sont disponibles en ligne.

C’est malheureux. C’est préoccupant aussi pour les enfants à qui on enseigne à la maison et dont les parents empruntent du matériel scolaire que nous n’avons pas ici à d’autres bibliothèques, affirme Mme Jessop.

Elle compte approcher les autres bibliothèques de sa région, le comté de Simcoe, pour voir s’il est possible de mettre en place un réseau régional et de poursuivre, d’une certaine façon, le prêt entre bibliothèques.

Un porte-parole du ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport, Adam Cotter, justifie ces compressions en rétorquant que le coût de la livraison de livres entre bibliothèques est élevé, et le système, inefficace.

Le concept est admirable [...] mais il est lent, inefficace, peu respectueux de l’environnement et dispendieux, alors que des ressources numériques sont maintenant disponibles.

Adam Cotter, directeur des communications au ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport

Les réactions sont vives sur Internet et les médias sociaux.

La PDG de la bibliothèque municipale d’Orillia, Suzanne Campbell, affirme que ces réactions témoignent de l’importance d’un service de livraison.

C’est triste. Ce service a toujours été offert gratuitement.

Suzanne Campbell, PDG de la bibliothèque municipale d’Orillia

À Orillia seulement, plus de 4000 titres ont été empruntés grâce au prêt entre bibliothèques en 2018, et la succursale a prêté plus de 2000 titres à d’autres bibliothèques.

Une pétition en ligne demandant au gouvernement de Doug Ford de revenir sur sa décision a déjà recueilli plus de 10 000 signatures.

Toronto

Politique provinciale