•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Canadiens au Sri Lanka sont priés de faire preuve de « grande prudence »

Des policiers armés de fusils d'assaut courent.
Des policiers évacuent un secteur où une fourgonnette a explosé près d'une église, dimanche, à Colombo. Photo: Reuters / Dinuka Liyanawatte
La Presse canadienne

Les Canadiens qui se trouvent actuellement au Sri Lanka sont priés de faire preuve d'une « grande prudence » après la série d'attentats à la bombe qui ont fait dimanche au moins 290 morts, dont une quarantaine d'étrangers, et plus de 500 blessés.

Aucun Canadien ne figure pour l'instant parmi les 39 étrangers tués dans ces attentats.

Affaires mondiales Canada affirme dans un avertissement aux voyageurs sur son site Internet que la situation au Sri Lanka « demeure instable » et que « d'autres attaques pourraient se produire à travers le pays ».

Les Canadiens ayant besoin d'aide d'urgence doivent appeler les représentants officiels canadiens au +94 (11) 532-6232, a mentionné le haut-commissaire du Canada au Sri Lanka, David McKinnon, sur Twitter. Il invite également les citoyens canadiens sur place à informer leurs familles que tout va bien pour eux.

Par ailleurs, les autorités locales ont temporairement bloqué l'accès aux médias sociaux et aux applications de messagerie, ce qui pourrait rendre difficiles les communications à destination et en provenance du Sri Lanka.

Le ministère rappelle aussi que des manifestations peuvent survenir dans le pays et que « même les manifestations qui se veulent pacifiques peuvent soudainement donner lieu à des actes de violence ». De telles circonstances peuvent par ailleurs grandement perturber la circulation et les transports publics.

Les attentats à la bombe de dimanche ont visé des églises et des hôtels dans les villes de Colombo, Negombo et Batticaloa, alors que la minorité chrétienne de la nation insulaire célébrait la fête de Pâques.

Le ministre sri-lankais de la Santé, Rajitha Senaratne, a déclaré lundi que les attentats avaient été perpétrés par sept kamikazes d'un groupe militant appelé National Thowheeth Jama'ath.

Tous les kamikazes étaient des citoyens sri-lankais, mais les autorités soupçonnent des liens avec l'étranger, a dit le ministre.

Le gouvernement du Sri Lanka a décrété lundi l'état d'urgence.

Terrorisme

International