•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peu de commerces et d’établissements administratifs enclins à adopter le compostage

De grosses boîtes de compostage

Depuis la mise en place de son programme de compostage en août 2018, l'hôpital Horizon Santé-Nord de Sudbury a déjà recueilli plus de 53 000 kilogrammes de déchets biologiques.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Bienvenu Senga

Huit mois après avoir lancé son programme de compostage, l'hôpital Horizon Santé-Nord de Sudbury a déjà détourné 53 500 kg de déchets biologiques qui auraient été destinés au site d'enfouissement. L'initiative est applaudie par un organisme environnemental nord-ontarien, qui déplore que trop peu de commerces et d'organismes administratifs la jugent prioritaire.

Afin de démarrer le service, l’hôpital s’est entendu avec l’entreprise responsable de l’entretien ménager pour demander la collaboration de la Ville du Grand Sudbury dans la gestion des déchets biologiques.

Détourner les déchets des sites d’enfouissement, c’est une grande chose pour l’avenir de notre planète.

Kathy Berger, gestionnaire des Services de soutien de l’hôpital Horizon Santé-Nord

Selon Kathy Berger, la gestionnaire des Services de soutien à l’hôpital Horizon Santé-Nord, le changement d’habitudes n’a pas été difficile à inculquer aux membres du personnel.

Beaucoup [de membres du personnel] font déjà le compostage chez eux, donc il s’agissait simplement de leur demander d’appliquer les mêmes connaissances à l’hôpital, affirme-t-elle.

Une femme en chemise blanche avec des fleurs

Kathy Berger est gestionnaire des Services de soutien à l'hôpital Horizon Santé-Nord de Sudbury.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

L’établissement de santé envoie notamment au compost les grains de café, les restes de nourriture, les tasses de café et et les serviettes en papier provenant de sa cafétéria.

Kathy Berger indique que l’hôpital espère continuer d’élargir le programme, d’autant plus qu’il s’est fixé l’objectif de faire davantage preuve de responsabilité sociale dans son nouveau plan stratégique 2019-2024.

Une stratégie difficile à mettre en oeuvre

L’organisme environnemental t reThink Green, qui encourage l’adoption d’initiatives vertes dans le Nord de l’Ontario, applaudit « le leadership » de l’hôpital.

C’est vraiment important que les organisations qui sont larges comme l’hôpital [fassent] les choses pour devenir plus durables et pour démontrer que c’est possible de faire une différence pour l’environnement, note la directrice générale Rebecca Danard.

Elle remarque tout de même que même si davantage de personnes pratiquent le compostage dans leurs résidences, peu de commerces et d’établissements administratifs sont enclins à le faire.

C’est beaucoup plus difficile pour une organisation de faire le compostage [...] ils doivent avoir un système, faire le tri, et s’assurer que ce soient les bonnes choses qui vont dans le compostage, explique-t-elle.

Rebecca Danard pose sur la rue Elm, un artère achalandée de Sudbury.

Rebecca Danard est la directrice-générale de ReThink Green Sudbury, qui fait la promotion du transport actif du 4 au 10 juin.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Projean

Cette réticence est exacerbée, selon Mme Danard, par le fait que plusieurs municipalités nord-ontariennes, dont la Ville du Grand Sudbury, n’offrent pas systématiquement de service de récupération des déchets biologiques aux commerces et aux établissements administratifs.

Ce n’est pas toujours facile de trouver où mettre tous les déchets organiques, ça prend beaucoup d’espace et de planification.

Rebecca Danard, directrice générale de reThink Green

Elle ajoute que, confrontées aux coûts élevés que peut engendrer le compostage, certaines petites et moyennes entreprises choisissent plutôt d’adopter des initiatives vertes dont les retombées économiques se manifestent plus rapidement, comme la réduction de leurs dépenses énergétiques.

Ce n’est pas nécessairement le compostage qui va faire la différence pour eux, ce sont peut-être les autres choses qui sont plus faciles [...] comme faire plus de recyclage, réduire leur usage de papier, changer leurs lumières. C’est important de choisir le projet qui va avoir le plus d’impact pour l’environnement, mais aussi pour l’entreprise, fait savoir Mme Danard.

Nord de l'Ontario

Matières résiduelles