•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les bourdons seraient en voie de disparition imminente au Canada

In this July 8, 2015 photo a bumblebee gathers nectar on a wildflower in Appleton, Maine. Maine scientists say the state needs to take a broad census of its bumblebees to ensure the security of its beloved blueberry and cranberry crops, and the state is enlisting its residents to make it possible. (AP Photo/Robert F. Bukaty)

Un bourdon butine.

Photo : Associated Press / Robert F. Bukaty

Radio-Canada

Le bourdon américain serait en voie de « disparition imminente » au Canada et cela pourrait avoir des effets néfastes sur plusieurs écosystèmes, prévient une équipe de chercheurs de l'Université York à Toronto.

La classification de disparition imminente est considérée comme la plus élevée avant que soit déclarée l'extinction définitive.

Environ 42 des 850 espèces d'abeilles au Canada sont des bourdons – des pollinisateurs importants pour la culture, notamment les pommes, les tomates, les bleuets et les légumineuses, ainsi que les arbres, les arbustes et les fleurs sauvages.

Le professeur Laurence Packer de l'Université York souligne que bon nombre des 42 espèces de bourdons présentent des baisses substantielles de population.

« Ce déclin d'importants pollinisateurs va avoir des impacts en amont sur tout l'écosystème », a déclaré Packer.

Un bourdon sur une fleur de bleuet.

Les cultivateurs de bleuets du Nouveau-Brunswick ont besoin que leurs champs soient pollinisés.

Photo : iStock / Betty4240

À mesure que le nombre d'espèces de bourdons diminue, les plantes sont pollinisées d'une manière différente.

M. Packer explique que les abeilles ont des préférences particulières. Ainsi, lorsque certaines espèces sont perdues, les fleurs qu’elles préfèrent sont moins pollinisées.

Les conclusions des chercheurs de l’Université York sont détaillées dans une nouvelle étude publiée dans le Journal of Insect Conservation, le 17 avril dernier.

Les chercheurs ont constaté que la zone d'occurrence du bourdon américain avait diminué d'environ 70 % et que son abondance relative avait diminué de 89 % de 2007 à 2016, comparativement à la période comprise entre 1907 et 2006.

L'étude classe le risque d'extinction du bourdon américain à un niveau plus élevé que la dernière évaluation d’un comité consultatif fédéral, selon laquelle l’espèce faisait l’objet d’une préoccupation spéciale en matière d’extinction, plutôt que d'un risque imminent.

Un monsieur avec une barbe grise assis devant un ordi où on voit des abeilles à l'écran.

Le professeur Laurence Packer de l'Université York étudie les boudons.

Photo : CBC/John Grierson

« Nous avons examiné les données historiques sur une période de 100 ans et les avons comparées aux 10 dernières années. Nous avons constaté une diminution de près de 89 % de l'abondance par rapport aux autres abeilles. C'est vraiment préoccupant », explique Victoria MacPhail, une collègue de M. Packer.

Elle cite comme explications possibles les changements climatiques et la perte d'habitats naturels causés par le développement de l'agriculture.

Sciences de la terre

Environnement