•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crue printanière en Outaouais : les leçons de 2017 ont aidé, dit le ministre Lacombe

Mathieu Lacombe répond aux questions des journalistes lors d'une mêlée de presse.

Le ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les leçons apprises à la suite des inondations de 2017 ont aidé l'Outaouais à mieux se préparer à la crue importante à laquelle la région fait face cette année, a affirmé le ministre responsable de l'Outaouais.

Les gens sont bien organisés, notamment à Gatineau, a soutenu Mathieu Lacombe, qui est sur le terrain depuis le début. Il a constaté les préparatifs et les impacts de la crue dans le secteur du chemin du Fer à Cheval et de la rue Hurtubise à Gatineau, ainsi qu'à Saint-André-Avellin et Mayo, entre autres.

Il se rappelle des inondations de 2017, qu'il a mentionné avoir vécues sur le terrain comme journaliste. On sentait qu’on avait de bons moyens, mais qu’on a été pris par surprise. Mais en 2019 on l’a vue venir, a-t-il dit, en entrevue à l'émission Les matins d'ici.

D'ailleurs, avoir un coup de main le plus tôt possible, ça ne peut pas nuire, a dit le ministre, qui s'est réjoui que l’appel aux Forces armées canadiennes soit venu plus tôt cette année qu’en 2017.

Parmi les autres mesures qui ont contribué au bon déroulement des préparatifs, Mathieu Lacombe a cité la décision d'Hydro-Québec d'annuler une interruption d'électricité en raison de travaux. Les pompes, fonctionnant à l'électricité, n'auraient pas fonctionné advenant une interruption.

Surveillance constante

Alors que les autorités estiment que les niveaux d'eau devraient se stabiliser, on surveille la situation activement, a dit le ministre qui reçoit des états de situation au moins deux fois par jour.

La sécurité civile a la situation bien en main. La communication c’est la clé, on s’assure de bien coordonner les équipes sur le terrain.

Mathieu Lacombe, ministre responsable de l'Outaouais

Selon l'élu, les municipalités de l'Outaouais ont, pour la plupart, les ressources et les moyens d'intervenir. Lorsqu’elles ne les ont pas, le gouvernement peut coordonner pour envoyer des effectifs, soit des municipalités autour ou les Forces armées canadiennes, par exemple.

Les riverains devront-ils déménager?

De passage dimanche dans plusieurs municipalités du Québec, le premier ministre François Legault a ouvert la porte à la mise en place d'incitatifs visant à convaincre les riverains de déménager.

C’est une décision émotive, a reconnu le ministre Lacombe. Je me souviens de la saga — qui n’est pas terminée, d’ailleurs — des sinistrés de 2017, qui ont soit rénové leur maison ou qui ont décidé de quitter.

Ce sont de grandes décisions à prendre, mais en même temps la question doit se poser.

Mathieu Lacombe, ministre responsable de l'Outaouais

M. Lacombe a expliqué que le programme mis en place par la ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, sera plus simple pour l’indemnisation, mais il y aura un maximum pour l’indemnisation.

En outre, lorsque l’indemnisation aura atteint la moitié de la valeur de la maison ou 100 000 dollars, on aura le choix de prendre un dernier chèque ou de quitter avec l’appui du gouvernement du Québec, pour relocaliser sa maison, par exemple, a soutenu M. Lacombe. Je ne peux pas croire que, humainement, les gens veuillent vivre ça à répétition.

Ottawa-Gatineau

Conditions météorologiques