•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les niveaux d'eau continuent d'augmenter au sud de Fredericton

Une maison entourée d'eau.

Plusieurs maisons se retrouvent isolées à Mill Cove, dans le sud du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Gracieuseté : Elaine Price

Radio-Canada

D'autres collectivités riveraines du Nouveau-Brunswick doivent s'attendre à connaître des inondations lundi et mardi, estime l'Organisation des mesures d'urgence.

Des inondations touchaient lundi matin les régions de Fredericton, Maugerville, Jemseg, Sheffield, et le lac Grand, indique Shawn Berry, porte-parole de l’Organisation des mesures d’urgence (OMU).

D'autres, comme Saint-Jean, Quispamsis, Clair, Fort Kent et Saint-Hilaire, ont atteint le niveau d'inondation au cours des dernières heures, explique Jasmin Boisvert, du ministère de l’Environnement et des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick.

On demande à tout le monde de continuer de faire preuve de vigilance. Ça va continuer pour quelques jours.

Shawn Berry, porte-parole de l’Organisation des mesures d’urgence du Nouveau-Brunswick

Les niveaux d’eau dans la région de Fredericton et les régions du nord de la province commencent à se stabiliser, mais les niveaux d’eau dans le sud de la province continueront à augmenter, prévient Greg McCallum, directeur de l'OMU.

Une personne quitte sa maison en canot.

La municipalité de Maugerville, tout près de Fredericton, est inondée et plusieurs résidents quittent leur maison lundi. La Croix-Rouge demande à toute personne qui évacue son foyer de s'enregistrer auprès de l'organisation, même si elle n'a pas besoin de dormir dans un refuge.

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

Les niveaux d'eau pourraient dépasser ceux atteints lors des inondations de 2008, mais pour l'instant, les autorités ne pensent pas qu'ils dépasseront ceux de 2018, lance Jasmin Boisvert. Il prévient toutefois que la situation peut changer selon les prévisions météorologiques. Il rappelle que ces prévisions sont mises à jour quotidiennement sur le site de surveillance des cours d'eau de la province (Nouvelle fenêtre).

Les services municipaux et provinciaux, appuyés par des militaires canadiens et des organismes communautaires comme la Croix-Rouge et l’Armée du Salut, sont à l’oeuvre pour aider les sinistrés dans les régions touchées, souligne M. Berry.

Du sable et des sacs sont offerts aux résidents des régions à risque.

Les résidents préoccupés par la crue des eaux sont invités à communiquer avec les autorités au 1-800-561-4034, et en cas d’urgence il faut composer le 911, ajoute Shawn Berry.

Les sinistrés peuvent aussi appeler la Croix-Rouge pour obtenir de l'aide en cas de besoin, au 1-800-863-6582.

Ignorer ou déplacer des barricades constitue une infraction

Environ 69 routes ou ponts sont touchés par la crue des eaux, et 44 sont fermés ou partiellement fermés dans les régions de Fredericton, Edmundston, Miramichi, Moncton, Bathurst et Saint-Jean, indique le ministère provincial des Transports. La liste complète des routes fermées se trouve sur le site 511 Nouveau-Brunswick (Nouvelle fenêtre).

Une route inondée. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Plusieurs routes sont inondées, comme celle-ci, à Maugerville, près de Fredericton. Les autorités recommandent de ne pas rouler sur ces routes, même s'il n'y a pas encore de barricades.

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

Les autorités recommandent aux automobilistes de prévoir plus de temps que d'habitude pour se rendre à leur destination et de respecter les barrages routiers. Les eaux qui recouvrent les routes par endroits peuvent dissimuler des trous, des affaissements de terrain ou des débris dangereux.

Les autorités rappellent l'importance de respecter les barricades qui ferment des routes inondées.

Les barricades sont érigées et les routes sont fermées pour une bonne raison. Ignorer ou déplacer ces barricades est une infraction, et l'amende minimale est de 172,50 $.

Greg McCallum, directeur de l'OMU du Nouveau-Brunswick

Les sinistrés s’efforcent de protéger leurs biens

Tandis que les eaux du fleuve Saint-Jean montent, des résidents dans des zones inondables s'efforcent de protéger leurs demeures.

Les résidents de Mill Cove, à l’est de Fredericton, retiennent leur souffle en voyant les eaux s’approcher de leurs demeures. Une résidente, Elaine Price, explique que sa maison a été inondée l’an dernier. Son mari et elle ont ensuite fait soulever la maison sur une nouvelle fondation haute de 2 mètres. Il fallait refaire les planchers et près d’un mètre des murs. La rénovation de la maison n’est pas encore terminée, et voilà que les eaux s’en approchent à nouveau. Mme Price dit être très inquiète.

Nous avons très peur parce que nous avons connu cela au printemps dernier. C’est très émotionnel. Nous avons versé beaucoup de larmes.

Elaine Price, résidente de Mill Cove
La maison est complètement entourée d'eau

La maison d'Elaine Price inondée au printemps 2018.

Photo : Gracieuseté d'Elaine Price

À Maugerville, Matthew Sherwood a disposé une centaine de sacs de sable pour protéger sa maison, où il habite depuis 39 ans et qui a été inondée pour la première fois l’an dernier.

Nous faisons de notre mieux et nous déplaçons nos biens plus haut. C’est tout ce que nous pouvons faire, affirme M. Sherwood.

À Fredericton, la famille d’Adam Carter prend des précautions similaires. Elle a retiré le tapis du sous-sol et déplacé beaucoup d’objets à l’étage. La famille a aussi installé trois pompes pour expulser l’eau qui s’infiltrerait dans le sous-sol, précise-t-il.

Un autre résident de Fredericton, Hal Greer, a aussi mis des biens à l’abri. Il n’a aucun plan pour évacuer les lieux en cas d’inondation. Il compte utiliser une petite embarcation pour ses va-et-vient au besoin.

Hal Greer en entrevue devant sa maison, dont l'entrée est recouverte d'eau.

Hal Greer, résident de Fredericton, a passé le congé pascal à surveiller la crue des eaux du fleuve Saint-Jean dans son voisinage.

Photo : CBC/Lauren Bird

Un autre citoyen de Fredericton, Rick Starr, espérait que sa maison serait épargnée, mais tout a changé samedi soir en l’espace d’une heure. Sa famille a consulté un site Internet qui signalait une hausse rapide des eaux; elle a jeté un coup d’oeil dehors et constaté que c’était bien le cas, explique-t-il.

Mais sa famille a retenu les leçons de l’an dernier, ajoute M. Starr, et elle ne perdra aucun bien cette fois. Grâce à l’aide financière gouvernementale reçue l’an dernier, explique-t-il, il a rénové sa maison pour qu'elle soit à l’épreuve des inondations. Il croit que des inondations vont continuer de se produire chaque année.

Quatre pompiers sur un petit bateau près de la rive

Des pompiers de Saint-Jean se sont exercés à travailler sur des embarcations, dimanche, en prévision d’inondations. Les bateaux seront déployés en cas de besoin pour vérifier si des sinistrées ont besoin d’aide, de transport ou de secours.

Photo : Twitter/@cityofsaintjohn

Moira Watson, autre résidente dont la maison est entourée d’eau, considère les prévisions d’inondation comme étant un jeu de devinettes. Il n’y a aucun moyen de savoir exactement ce qui va se passer, selon elle. Il y a toujours beaucoup d’incertitude à propos du moment où les eaux atteindront leur sommet et de celui où elles commenceront à se retirer.

Lundi après-midi, 198 personnes se sont enregistrées auprès de la Croix-Rouge, et 73 maisons ont ainsi été évacuées. Personne n'a toutefois demandé à dormir dans un refuge de la Croix-Rouge. Les sinistrés ont donc pu, jusqu'à présent, s'installer chez des amis ou des membres de leur famille.

Avec des renseignements du Réveil Île-du-Prince-Édouard, de Michèle Brideau, et de Lauren Bird et Shane Fowler de CBC

Nouveau-Brunswick

Incidents et catastrophes naturelles