•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le manque de civisme de certains propriétaires de chiens dénoncé à la pointe Saint-Gilles

Une affiche interdisant aux propriétaires de chiens de laisser les excréments dans la nature
Plusieurs personnes ne respectent pas les règles au boisé de la pointe Saint-Gilles. Photo: Radio-Canada / Benoit Jobin
Jean-Louis Bordeleau

Le printemps ramène les oiseaux, le gazon, mais aussi de mauvaises surprises. Avec la fonte des neiges, les excréments de chiens laissés à l'abandon pendant l'hiver refont surface et gâtent les promenades de plusieurs.

Le boisé de la pointe Saint-Gilles demeure un endroit incontournable pour les amateurs de plein air de Baie-Comeau. Mais avec l'arrivée du printemps, la négligence des propriétaires de chiens refait surface.

Aussi désagréable soit-il, ce problème est dur à régler.

À un moment donné, on avait mis des poubelles, mais les poubelles, on se les a fait briser. Puis, on a arrêté de mettre des sacs aussi parce que les sacs, les gens mettaient leurs crottes de chien dedans, puis ils accrochaient ça après les branches, raconte Bernard Jobin, le trésorier des amis du boisé de la pointe Saint-Gilles.

Bernard Jobin, trésorier des amis du Boisé de la Pointe St-GillesBernard Jobin, trésorier des amis du Boisé de la Pointe St-Gilles Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

On demande aux gens un peu de civisme.

Bernard Jobin, trésorier des amis du boisé de la pointe Saint-Gilles

Les dizaines de kilomètres de sentiers aménagés compliquent le problème à Baie-Comeau. Il est en effet difficile que des patrouilleurs surveillent activement une aussi grande distance.

Un homme marche dans un sentierLes patrouilleurs ne peuvent surveiller toute la superficie du boisé de la Pointe-Saint-Gilles Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

La seule solution demeure celle de sensibiliser les propriétaires de chiens à des comportements responsables.

C'est la responsabilité de chacun de s'équiper en conséquence quand ils partent marcher, dit Mathieu Pineault, porte-parole de la Ville de Baie-Comeau.

Bernard Jobin rappelle que ce n'est qu'une minorité de personnes qui négligent de ramasser les besoins de leurs chiens, mais qui font payer une grande majorité de randonneurs.

Une boîte où déposé les excréments de chiens.Des installations facilitent le civisme des propriétaires de chien. Photo : Radio-Canada / Marie-Jeanne Dubreuil

D'après le reportage de Marie-Jeanne Dubreuil

Côte-Nord

Pollution