•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un chauffeur d’Uber accusé d’agression sexuelle à Toronto

Une main tient un cellulaire dans une rue la nuit
L'application Uber, la nuit Photo: Getty Images / Adam Berry
Radio-Canada

Un chauffeur de la compagnie Uber fait face à quatre chefs d'accusation à la suite de deux incidents séparés survenus à Toronto. Deux femmes prétendent avoir été enfermées dans son véhicule utilitaire sport (VUS) et avoir été agressées sexuellement.

Taneem Aziz, 36 ans, de Mississauga, a été arrêté et accusé sous deux chefs d'agression sexuelle, un de séquestration et un d’extorsion.

Selon les informations partagées par la police de Toronto, la première agression présumée remonte à septembre 2018.

Une femme de 24 ans a déclaré qu'elle attendait la voiture Uber dans le secteur de Regent Park, à Toronto, vers 1 h 15, lorsqu’un homme dans un VUS noir a arrêté son véhicule près d’elle.

Croyant qu'il était le chauffeur d’Uber qu’elle attendait, elle est montée dans le VUS. L’individu a immédiatement accéléré, ne lui permettant pas de sortir du véhicule, soutient la police dans un communiqué de presse.

Les portes du véhicule ont été verrouillées, a ajouté la police.

L'homme s'est dirigé vers une zone isolée et aurait agressé sexuellement la femme avant de lui permettre de sortir du véhicule, selon les autorités.

Un deuxième incident similaire

Un deuxième incident aurait eu lieu le 8 avril, après 13 h, lorsque l'accusé a rencontré la victime dans les environs de Royal York Road et de l'avenue Evans à Etobicoke.

La femme de 21 ans a déclaré que le chauffeur l’aurait agressée sexuellement après l’avoir amenée à Mississauga.

La police a confirmé que l'homme était un employé de la compagnie Uber lorsque les crimes présumés ont eu lieu. Les enquêteurs croient qu'il pourrait y avoir d'autres victimes.

Un porte-parole d’Uber indique que la compagnie collabore avec les autorités et que les accès de l’accusé aux outils de la plateforme ont été révoqués.

L’accusé doit comparaître en cour le 23 mai.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Agression