•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La scène de l’humour pleure le décès de l’humoriste Martin Saulnier

Martin Saulnier sur scène lors d'un gala.
Martin Saulnier a marqué l'humour la scène de l'humour en Acadie. Photo: Radio-Canada / Facebook/Martin Saulnier
Jean-Philippe Hughes

Figure de proue de l'humour en Acadie et comédien au Pays de la Sagouine, le décès de Martin Saulnier n'a laissé personne indifférent sur la scène culturelle acadienne. L'humour salue le départ d'un véritable pionnier.

C’est au sommet de sa carrière que s’est éteint Martin Saulnier, âgé de 40 ans. Toutes les voix s’accordent : l’humoriste qui souffrait de dystrophie musculaire était une véritable source d’inspiration pour la scène culturelle acadienne.

Il avait une job dans un call center qu’il a décidé d’arrêter, révèle son ami, l’humoriste et producteur André Roy. Il a décidé de vivre une vie axée sur son bonheur et son bonheur pour lui, c’était de faire de la scène.

Martin nous a vraiment kické dans le derrière de la bonne façon.

André Roy
Portrait de l'artiste.André Roy, lauréat du concours Tremplin de l'ONF en 2016. Photo : courtoisie ONF

Décrit comme un pionnier de l’humour en Acadie, Martin Saulnier a oeuvré à élever la qualité des prestations humoristique chez lui, au Nouveau Brunswick.

Il mettait énormément de temps à l’écriture, il avait tout le temps du nouveau stock, se souvient André Roy. Il voulait que toute la gang du milieu devienne meilleure, c’était extraordinaire.

André Roy garde d’excellents souvenirs du temps passé en compagnie de Martin Saulnier au cours des derniers mois alors qu’il tournait le documentaire La force du rire, qui devrait être diffusé cet été. Martin a voulu vraiment s’ouvrir à moi, ça été quelque chose de touchant.

Sa condition musculaire n’a jamais été un frein, mais plutôt un tremplin qui l’a amené à poursuivre ses rêves.

Avec la dystrophie musculaire, il disait qu’il était déjà sur du temps emprunté, les docteurs disaient qu’il n’allait pas marcher. Il ne faisait pas yinke marcher, il conduisait même sa voiture, qui était standard en passant.

Le saut vers Montréal

Le comédien et directeur du Pays de la Sagouine, Luc LeBlanc, a aussi senti l’inspiration que l’homme de scène transmettait à sa manière.

Parfois on dit que le rire c’est une médecine, bien lui il l’a pris au pied de la lettre.

Luc LeBlanc
Le comédien, Luc leblancLe comédien, Luc leblanc Photo : Louis Philippe Chiasson

Après avoir conquis la jeune scène de l’humour acadien, Martin Saulnier visait de nouveaux objectifs cette année. Après son été au Pays de la Sagouine, il planifiait louer un appartement à Montréal, et tenter sa chance sur le marché de la métropole québécoise.

On ne le saura jamais, [mais] moi je pense qu’il aurait vraiment bien fait, soutient M. LeBlanc. C’est un gars qui était très punché.

Lui, il n’en avait pas de bâtons dans les roues, il fonçait.

Luc LeBlanc

Source d’inspiration pour les jeunes humoristes, Martin Saulnier participait activement à recruter de jeunes comédiens pour expérimenter l’art du spectacle d’humour.

Je souhaite très fort que l’humour en Acadie va continuer et qu’on va continuer de faire résonner le nom de Martin Saulnier et qu’on va pouvoir dire haut et fort que ça va avoir été un pionnier de l’humour, exprime M. LeBlanc.

Les causes exactes du décès de Martin Saulnier n’ont pas encore été confirmées.

Avec les informations de Marielle Guimond

Nouveau-Brunswick

Arts