•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : 600 militaires déployés au Québec

 Un soldat des Forces armées canadiennes appelées à la rescousse en prévision des inondations.
Quelque 600 militaires seront à l’oeuvre dans les zones les plus à risque du Québec. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Un peu plus de 900 résidences inondées, 251 résidences isolées et 317 personnes évacuées partout au Québec. C'est le bilan des inondations qu'offrait samedi en soirée Urgence Québec. La vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault s'est dite satisfaite de la collaboration avec les Forces armées canadiennes, qui ont déployé 600 militaires dans les zones les plus vulnérables du Québec.

Lors d'un point de presse, Mme Guilbault a confirmé que les militaires seraient envoyés surtout à Gatineau, à Saint-André-Avelin, à Pontiac, à Bécancour, à Trois-Rivières et à Laval. Ils feront la distribution de sacs de sable et aideront à la construction de digues. Les militaires veilleront aussi à la sécurité des citoyens.

Plus tôt dans la journée, Mme Guilbault a rappelé son mot d'ordre. « En matière de sécurité, les gens doivent faire preuve d’extrême prudence, d’extrême vigilance. On sait ce qui s’en vient dans les prochaines heures, alors ne prenez aucun risque inutile. Suivez les conseils de vos autorités locales », a-t-elle déclaré depuis Saint-Raymond, dans Portneuf.

Deux hommes placent des sacs de sable près des fondations d’une maison.Deux hommes placent des sacs de sable près de la fondation d’une maison située à Rigaud, le 19 avril 2019. Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

La ministre en a profité pour offrir ses condoléances à la famille d'une dame morte à Pontiac, samedi matin, après qu'un ponceau de route eut été emporté par les eaux.

Mme Guilbault a par ailleurs indiqué que des officiers de liaison régionale de l'armée canadienne étaient actuellement déployés dans cinq directions régionales de sécurité civile et de sécurité incendie, « soit celle de l’Outaouais, qui pourrait être la première région à être touchée, celle de Montréal-Laval-Lanaudière-Laurentides, celle de Montérégie-Estrie, celle de Mauricie-Centre-du-Québec et celle de la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches ».

En entrevue à ICI RDI, l'officier de liaison sénior pour les Forces armées canadiennes Philippe-André Genest a précisé que cinq équipes de militaires avaient effectué samedi des repérages pour déterminer les besoins des citoyens et des municipalités.

« On est prêt »

La brigadière-générale Jennie Carignan des Forces armées canadiennesLa brigadier général Jennie Carignan des Forces armées canadiennes Photo : Radio-Canada

La brigadière-générale Jennie Carignan précise que 200 militaires seront répartis entre Gatineau et Trois-Rivières. Dès dimanche, un total de 600 militaires seront déployés entre Trois-Rivières, Laval et Gatineau.

Jennie Carignan a tenu à rappeler que ses soldats « sont extrêmement bien entraînés et formés pour faire ce genre de missions ».

« Ça va être une combinaison de toutes les tâches qu’on nous a assignées […] l'assistance aux personnes dans le besoin, la protection d’infrastructures, le remplissage de sacs de sable et l’évacuation de personnes qui ont besoin d’être évacuées. »

Jennie Carignan n’écarte pas le recours à des renforts supplémentaires. « J’ai encore des soldats qui sont prêts à être envoyés de Montréal et Valcartier en cas de besoin », a-t-elle ajouté.

Plusieurs cours d'eau toujours sous surveillance

Le niveau de l'eau monte rapidement à Yamachiche.Le niveau de l'eau monte rapidement à Yamachiche. Photo : France Bellemare

L’eau continue de monter, « même si dans l’ouest, la pluie a cessé », a indiqué samedi Éric Houde, porte-parole de la Sécurité civile. Toutefois, les précipitations ont été moins intenses que prévu à plusieurs endroits, ce qui donne un peu de répit aux municipalités. Par contre, les autorités avertissent que les risques d'inondations persistent.

On est dans la période de crue la plus importante, et dans les prochains jours, vous allez voir la progression qui va se placer au niveau de la montée des eaux.

Éric Houde, porte-parole de la Sécurité civile

La Croix-Rouge est également sur un pied d’alerte au Québec. « Hébergement, alimentation, vêtements : tout est possible, explique Carl Boisvert, porte-parole de l’organisme. On est mobilisés, on est sur le terrain, nos bénévoles sont prêts, et on travaille en collaboration avec le ministère de la Sécurité publique et les municipalités. »

Des effectifs de la Sûreté du Québec (SQ) ont été mobilisés à des endroits stratégiques pour faire face à la crue des eaux, particulièrement dans les régions de la Chaudière-Appalaches et de la Montérégie.

Des postes de commandement de la SQ ont été installés à Beauceville et à Rigaud, selon ce qu'a indiqué samedi matin la sergente Marie-Michèle Moore, de la SQ.

Des policiers de la SQ font notamment du porte-à-porte dans les secteurs les plus touchés afin de s'assurer que les résidents sont en sécurité.

Kim Vermette fait le point sur la situation

Grand Montréal

Un canot près de maisons inondéesLes baies de Rigaud sont inondées. Les niveaux ont atteint le degré de dangerosité autant pour les résidents que leurs immeubles. Le canot devient le moyen de transport pour les riverains. Photo : Radio-Canada / Marie-Josée P. Comeau

À Laval, six sites de chargement de sable ont été mis en place. Un centre de services aux personnes sinistrées, situé au centre communautaire Accès, est ouvert 24 h par jour depuis samedi matin. Un autre centre a été ouvert sur l'île Bigras. La Croix-Rouge sera aussi présente de jour pour les besoins d'hébergement à l'hôtel.

Les autorités lavalloises surveillent également de près le pont temporaire entre l’île Jesus et l’île Bigras.

À Rigaud, une centaine de maisons sont isolées, et sept rues sont inondées et impraticables.

Selon la Ville de Vaudreuil-Dorion, le niveau d’eau du lac des Deux Montagnes était à 23,81 mètres en fin d'après-midi. Le niveau pourrait atteindre jusqu'à 24,20 m lundi ou mardi. En 2017, le niveau du lac était monté à 24,66 mètres.

Outaouais et Est ontarien

Des sacs de sables.C’est la course contre la montre pour protéger les maisons dans le secteur de Crystal Bay à Ottawa. Photo : Radio-Canada / Florence Ngué-No

Une septuagénaire a perdu la vie dans la municipalité de Pontiac, en Outaouais, dans la nuit de vendredi à samedi, après qu'un ponceau du chemin Bronson-Bryant, près de la rue Clarendon, eut cédé.

La victime est Louise Séguin Lortie, une résidente de Pontiac âgée de 72 ans, a fait savoir la Sécurité publique de la MRC des Collines-de-l'Outaouais.

La mairesse de Pontiac, Joanne Labadie, a expliqué que le ponceau, situé à l'ouest de Quyon, avait été emporté par les eaux vers 3 h 30 samedi matin.

La Ville de Gatineau a ouvert samedi un premier centre d'aide aux sinistrés afin de soutenir les « quelques personnes » qui en ont besoin pour l'instant, a affirmé le maire Maxime Pedneaud-Jobin lors d'une conférence de presse samedi.

Du côté d'Ottawa, la mobilisation des bénévoles s'est intensifiée samedi dans le secteur de Britannia. Confrontés à la hausse du niveau de l'eau de la rivière des Outaouais, ils s'affairent à remplir des sacs de sable, alors que l'inquiétude des riverains augmente.

Des citoyens sont évacués par des pompiers dans un bateau.Des citoyens sont évacués par des pompiers dans un bateau, à Sainte-Marie, le 20 avril 2019. Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Québec

La « catastrophe » évoquée par le maire de Saint-Raymond, dans Portneuf, n'a pas encore eu lieu, mais les autorités sont toujours sur le qui-vive, craignant une débâcle de la rivière Sainte-Anne.

Un embâcle a cédé plus tôt ce matin en amont de la municipalité, faisant craindre une vague qui déferlerait sur les zones habitées, a expliqué Daniel Dion.

À 16 h, cette éventualité était écartée. Mais les amoncellements de glaces, toujours présentes en abondance, pourraient créer de nouveaux embâcles sur la rivière.

Dans Chaudière-Appalaches, la municipalité de Beauceville a demandé l'aide de l'armée samedi afin de faire face aux inondations en cours.

Outre Beauceville, Saint-Georges, Saint-Joseph, Vallée-Jonction et Scott ont vécu un débordement de la rivière Chaudière et seront à risque dans les prochaines heures.

Une vingtaine de militaires ont visité Beauceville en après-midi. À l'aide de zodiacs, ils ont notamment procédé à du repérage afin de déterminer les besoins en cas de déploiement.

Une rue inondéeLa montée de eaux a forcé la fermeture de la 173 dans le centre-ville de Beauceville. Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Mauricie et Centre-du-Québec

En Mauricie et dans le Centre-du-Québec, la situation a été stable samedi, bien que les autorités craignent le pire.

Des inondations mineures ont été constatées dans la région du lac Saint-Pierre. Quelques rivières sont sorties de leur lit par endroits, mais la sécurité civile ne note aucune résidence inondée et n'a pas lancé d'appel à l'évacuation.

Après Bécancour et Maskinongé, Pierreville s'est ajoutée samedi matin à la liste des villes touchées par la crue printanière.

À Saint-Boniface, près de Shawinigan, un glissement de terrain survenu samedi matin a complètement couvert la chaussée avoisinante, provoquant la fermeture de la route 153 dans les deux directions.

Estrie

L'eau approche le bâtiment.Le garage municipal de Sherbrooke a été inondé. Photo : Radio-Canada / Fanny Lachance-Paquette

Le maire de Weedon, Richard Tanguay, a décrété l'état d'urgence samedi en raison des inondations. En tout, 250 résidences permanentes doivent être évacuées.

À Sherbrooke, la rivière Saint-François a atteint, samedi, le niveau critique de 21 pieds – il était de 15 pieds 24 heures auparavant. Au centre-ville de Sherbrooke, des rues ont été fermées, et des résidences ainsi que des commerces ont été évacués.

Une centaine de riverains doivent évacuer, et certains commerces ont annoncé leur fermeture en raison des inondations.

Le point sur les inondations à Nicolet, Rigaud, Sherbrooke et à Beauceville

Nouveau-Brunswick

Environ 120 soldats des Forces armées canadiennes seront déployés au Nouveau-Brunswick pour aider la population à faire face à la crue des eaux.

Les soldats venant de la base de Gagetown, au sud de la province, aideront à remplir des sacs de sable ou à évacuer des résidences si nécessaire.

Les autorités sont toujours sur un pied d'alerte dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick. L'Organisation des mesures d'urgence surveille l'ensemble des cours d'eau importants comme les rivières Restigouche, Middle et Tétagouche, sur lesquelles des embâcles se sont formés. La crue des eaux pourrait provoquer des inondations locales.

Avec les informations de La Presse canadienne

Incidents et catastrophes naturelles

Environnement