•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : l’armée sera accueillie à bras ouverts en Outaouais

Des soldats canadiens dans les rues inondées de Gatineau
Des soldats canadiens dans les rues inondées de Gatineau au printemps 2017. (Archives) Photo: Reuters / Chris Wattie
Radio-Canada

Les élus de l'Outaouais sont unanimes : la venue des membres des Forces armées canadiennes est une « bonne nouvelle » compte tenu de la crue printanière qui menace de nombreux secteurs de la région.

On est contents, nos citoyens ont besoin d’aide, a avoué d’entrée de jeu Joanne Labadie, la mairesse de Pontiac, dont le territoire longe la rivière des Outaouais sur 47 km.

On est une toute petite municipalité, on n’a pas beaucoup de ressources, on n’a que 30 employés. C’est impossible de faire ça tout seuls.

Joanne Labadie, mairesse de Pontiac

Maxime Pedneaud-Jobin s’est aussi réjoui de pouvoir compter sur l’appui de l’armée canadienne pour mieux diviser les tâches sur le terrain.

À ce moment-ci, c’est sûr qu’on n’est pas débordés, l’eau n’est pas encore arrivée complètement, a expliqué le maire de Gatineau. J’aime bien mieux qu’ils soient déjà ici pour s’arrimer avec nous, avoir une chaîne de commandement clairement définie.

Lors des inondations du printemps 2017, les militaires avaient effectué des patrouilles dans les rues de la ville, en plus d’aider à sécuriser des infrastructures essentielles, comme l’usine d’eau potable d’Aylmer ou celle des eaux usées de Gatineau.

André Fortin se souvient aussi de l’effet de l’arrivée de l’armée dans la communauté qu’il représente, il y a deux ans. On avait senti [...] un certain soulagement des bénévoles et des employés de la Municipalité. Ils ont beau vouloir, ils ne peuvent pas tout faire, a souligné le député provincial libéral de Pontiac.

Le ministre québécois responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, était de passage à Gatineau vendredi pour constater les efforts mis en place sur le terrain. Il dit avoir été en contact continuel avec la ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, au cours de la journée.

Selon M. Lacombe, le gouvernement québécois a jugé important de ne pas attendre trop longtemps avant de demander l’aide du fédéral, pour éviter un délai.

Quand on parle d’éviter de répéter les erreurs, il ne faut pas attendre à la dernière minute, a martelé le député de Papineau.

Des leçons de 2017

L’armée canadienne avait également été appelée en renfort lors des inondations de 2017, trop tard au goût de nombreux résidents.

Maxime Pedneaud-Jobin souligne que l’armée ne peut exécuter que certaines missions très précises. Les militaires déployés ne pourront pas, rappelle-t-il, creuser des digues autour des maisons ou agir comme navettes pour des gens isolés qui choisissent de demeurer dans leur maison.

Les gens pensent que quand l’armée arrive, tous les problèmes sont résolus. Ce n’est pas vrai.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

On les attend en étant bien conscients de l’aide qu’ils peuvent nous apporter, a mentionné le premier magistrat de la Ville de Gatineau, qui s’attend à voir arriver les Forces armées canadiennes dans les prochaines heures.

Le député fédéral de Gatineau, Steven MacKinnon, estime que le gouvernement canadien dispose de nombreuses ressources pour aider les personnes touchées par les inondations, notamment l’envoi de l’armée sur le territoire québécois.

Nous avons été interpellés pas mal plus tôt dans le processus, donc je pense que, connaissant les Forces armées, elles sont déjà à l’oeuvre pour se préparer, et ce, depuis une journée ou deux, a-t-il raconté en entrevue à l’émission Sur le vif.

Avec les informations de Yasmine Mehdi

Ottawa-Gatineau

Conditions météorologiques