•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Préserver la mémoire du patrimoine bâti de Québec

Plan architectural de la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec

Raoul Chênevert a conçu les plans de reconstruction de la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec, qui avait été partiellement détruite en 1922.

Photo : Gracieuseté BAnQ / Fonds Raoul Chênevert

Louis Gagné

La reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris s'annonce longue et complexe, d'autant que les dessins originaux de la plus célèbre église du monde ont disparu depuis belle lurette. Qu'en est-il des plans des édifices patrimoniaux de Québec? Existent-ils encore? Sont-ils bien conservés? Peut-on les retrouver facilement? Survol d'une mémoire architecturale aussi éclatée qu'affutée.

La sauvegarde du patrimoine bâti représente un défi de taille dans une ville comme Québec, ne serait-ce qu’en raison de l’évolution constante de l’architecture et des techniques de construction.

Avec des métiers et savoir-faire traditionnels qui tendent à se perdre, le recours aux plans originaux devient un incontournable lorsque vient le temps de reconstruire, agrandir ou rénover un édifice patrimonial.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) est l’un des plus importants dépositaires de dessins d’architecture de bâtiments historiques se trouvant sur le territoire de la capitale.

Certains des architectes qui ont le plus marqué le paysage de Québec ont légué leur fonds à BAnQ.

On n’a qu’à penser à Eugène-Étienne Tâché, qui a dessiné les plans du Manège militaire et de l’hôtel du Parlement, entre autres, ou encore à Raoul Chênevert, à qui l’on doit la conception des plans de la Maison Gomin, de l’Hôtel Clarendon et de l’édifice Honoré-Mercier, pour ne nommer que ceux-là.

BAnQ conserve la plupart de ses plans au Pavillon Louis-Jacques-Casault, sur le campus de l’Université Laval. Certains peuvent aussi être entreposés à l’intérieur du Complexe scientifique du Québec situé sur la rue Einstein, dans le Parc technologique du Québec métropolitain.

« Nos deux endroits de conservation ont des systèmes de gicleurs et de surveillance avec alarme. La température, l’humidité et la lumière sont contrôlées pour assurer la pérennité des documents », indique Nathalie Vaillancourt, archivistes à BAnQ Québec.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La BAnQ conserve les plans de l’hôtel de ville de Québec dessinés par Georges-Émile Tanguay.

Photo : Gracieuseté BAnQ / Fonds Raoul Chênevert

Archives dispersées

Nathalie Vaillancourt fait remarquer que tous les dessins originaux d’un bâtiment ne se retrouvent pas nécessairement au même endroit ni même dans la ville où il a été construit.

Cela se produit, par exemple, lorsqu’un projet d’agrandissement ou de rénovation est confié à un architecte différent de celui qui a conçu les plans originaux.

Les plans d’un édifice construit sous le régime français ou britannique sont également susceptibles d’être conservés à Paris ou à Londres.

« Dans le cas du Manège militaire ou d’autres bâtiments qui sont sous juridiction fédérale, on n’a pas tout non plus. Il y a Bibliothèque et Archives Canada, à Ottawa, qui en a, et il y a souvent des documents qui se retrouvent dans d’autres institutions comme en Angleterre ou même en France », précise Mme Vaillancourt.

Ce n’est pas parce qu’on parle des documents de Québec ou qui concernent le Québec que ça va automatiquement se retrouver ici, à BAnQ.

Nathalie Vaillancourt, archiviste à BAnQ Québec
Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Basilique-cathédrale Notre-Dame-de-Québec

Photo : Radio-Canada / Alice Chiche

Il en va de même pour les plans des tours Martello, qui ont été érigées entre 1808 et 1812 pour assurer la défense de Québec.

Puisqu’elles ont été pensées, aménagées et créées par des ingénieurs militaires sous le régime britannique, les plans originaux se trouvent soit à Londres ou Ottawa. Cela n’empêche toutefois pas la Commission des champs de bataille nationaux (CCBN) de s’y référer en tout temps.

« On pourrait avoir accès aux originaux, mais nous, de toute façon, on a déjà une copie numérisée de ces plans-là et, encore aujourd’hui, lorsqu’il y a des interventions à faire au niveau de la structure des tours Martello, on va toujours se référer à ces plans-là, qui datent du début du 19e siècle », explique Hélène Quimper, conseillère exécutive, histoire et patrimoine, à la CCBN.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La BAnQ possède dans ses archives des dessins d’édifices qui n’ont jamais vu le jour. C’est le cas des plans du projet «Fortress Hotel», un concept qu’Eugène-Étienne Taché avait proposé au chemin de fer Canadien Pacifique. L’entreprise a finalement retenu le projet de l’architecte américain Bruce Price, qui allait donner naissance au Château Frontenac.

Photo : Gracieuseté BAnQ / Fonds Eugène-Étienne Taché


La « bible » des Plaines

À défaut d’avoir les dessins d’origine des tours Martello, la CCBN détient ceux de l’architecte paysagiste Frederick G. Todd, qui a conçu le plan d’aménagement des plaines d’Abraham.

Les précieux documents sont conservés dans une voûte à l’abri du feu située dans les locaux administratifs de la Commission.

Ces plans ont une valeur très grande, car à chaque fois qu’on va faire de l’aménagement sur le parc, on s’y réfère. En termes d’aménagement, c’est vraiment la bible pour la Commission des champs de bataille.

Hélène Quimper, conseillère exécutive, histoire et patrimoine, à la CCBN

Le Service du greffe et des archives de la Ville de Québec est un autre dépositaire important du patrimoine bâti de la Vieille-Capitale.

À l’exception des plans de l’hôtel de ville, qui sont conservés à BAnQ, le Service détient les plans originaux de tous les édifices municipaux.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Monastère des Ursulines dans le Vieux-Québec.

Photo : Radio-Canada / Alice Chiche

Il est aussi dépositaire du fonds de l’architecte Charles Baillairgé, qui a entre autres dessiné les plans de la Maison Dauphine, de la chapelle des Soeurs-du-Bon-Pasteur et des grilles de fer entourant la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec.

« C’est un fond extrêmement riche. Charles Baillairgé a contribué à changer le visage de la ville de Québec », souligne le directeur du Service du greffe et des archives, Jérôme Bégin.

La municipalité détient en outre une copie de tous les plans d’édifices dont la construction ou la rénovation a fait l’objet d’une demande de permis.

Le patrimoine bâti étant en grande partie constitué d’édifices religieux, les archives de l’Archidiocèse de Québec sont un autre dépositaire incontournable de la mémoire architecturale de la capitale.

Les « plus anciennes archives épiscopales en Amérique, au nord du Mexique » renferment une quantité quasi innombrable de plans d’églises et de presbytères.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Histoire