•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 500 évacués de Kashechewan sont arrivés à Kapuskasing

Des personnes débarquent d'un avion de la compagnie Air Creebec.

Les premiers évacués de Kashechewan ont atterri à Timmins lundi.

Photo : Radio-Canada / Jean-Loup Doudard

Justine Cohendet

L'évacuation de la Première Nation de Kashechewan, située sur la côte de la baie James, se poursuit. Depuis lundi, les 2500 membres de cette communauté sont transportés tour à tour, par avion, dans différentes villes de la province.

Guylain Baril, le directeur général de la Ville de Kapuskasing, a mentionné que près de 500 personnes étaient arrivées depuis mercredi dans sa municipalité. Plusieurs vols ont atterri ce vendredi et les évacués ont été accueillis dans des hôtels.

Quelque 500 habitants de Kashechewan ont également rejoint la ville de Timmins en début de semaine.

On ne sait pas combien de temps ils vont rester. Les évacuations les plus courtes ont duré 10 jours, mais on a vu que ça pouvait durer bien plus, explique M. Baril

Refoulement d'égouts

Alors que la rivière Albany, toujours recouverte de glace, n’est pas encore sortie de son lit, les rues de Kashechewan sont inondées depuis jeudi soir par des eaux usées, provenant des égouts du village.

Le député fédéral néo-démocrate de Timmins–Baie James, Charlie Angus, s’est insurgé sur les réseaux sociaux après avoir pris connaissance de cette situation.

Apparemment, il y a un blocage qui a provoqué une inondation d’eaux usées dans les rues de la communauté… ce n’est pas hygiénique.

Charlie Angus, député du NPD

Selon lui, le blocage des bouches d’égout est symptomatique des problèmes d’infrastructures que subissent les habitants de cette Première Nation. Il invite le premier ministre Justin Trudeau à s'y rendre pour comprendre l'ampleur du problème.

Nord de l'Ontario

Autochtones