•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opposition à l'ordre du jour et aux dispositions de la prochaine AGE de l’ACFR

Le logo de l'Association canadienne-française de Regina (ACFR)

L'Association canadienne-française de Regina (ACFR)

Photo : ACFR

Radio-Canada

La confirmation de la tenue d'une rencontre extraordinaire de l'Association canadienne-française de Regina (ACFR) le 4 mai a fait réagir la vice-présidente de l'organisme. Celle-ci affirme n'avoir été mise au courant ni de l'ordre du jour de la rencontre, ni d'une demande aux membres de soumettre leurs questions en avance.

Dans l'avis de convocation publié vendredi, le conseil d'administration de l'Association canadienne-française de Regina dit vouloir répondre aux questions de ses membres au sujet de récents événements « qui ont marqué l'organisme et sa gouvernance » dans le cadre d'une assemblée générale extraordinaire (AGE) tenue à Regina le samedi 4 mai prochain.

Tous les membres de l'ACFR sont invités à participer à la rencontre qui aura lieu à 15 h au Carrefour horizon.

Très déçue, mais pas surprise

Informée de l'ordre du jour de la rencontre et des dispositions de celle-ci, la vice-présidente du conseil d'administration, Annie Audet, affirme qu'elle n'avait aucune idée et qu'elle n'avait reçu aucune convocation.

Annie Audet affirme ne pas avoir participé aux discussions qui ont mené à la formulation du point qui est à l’ordre du jour : « On vient encore une fois nous prouver qu’on ne comprend pas la gouvernance. »

Ordre du jour :

Répondre aux questions des membres sur les récents événements qui ont marqué l'ACFR et sa gouvernance.

La gouvernance, une priorité selon la vice-présidente

Annie Audet rappelle que le CA avait voté pour la tenue d’une AGE pour rassurer les membres le 4 mai prochain. Par la suite, 12 membres ont signé une pétition demandant un changement au thème qui serait abordé à l’AGE, afin de discuter des problèmes de gouvernance.

Selon elle, l’avis de convocation va à l’encontre de ce sur quoi les membres du conseil d’administration ont voté, et à l’encontre de la pétition.

Radio-Canada a tenté de joindre le président de l’ACFR, François-Regis Kabahizi, pour obtenir des détails sur le processus qui a mené à la publication de l’avis de convocation, sans obtenir de réponse.

Les questions au C. A. soumises avant la rencontre

Selon l'avis de convocation rendu public vendredi matin, le fait de faire parvenir les questions à l'avance permettra aux membres du conseil d'administration de mieux préparer leurs réponses.

Le message à l'intention des membres demande à ceux-ci de faire parvenir leurs questions à la direction au plus tard le 29 avril.

Ceux-ci pourraient aussi répondre à des questions posées sur place, mais dans la note qui accompagne la convocation, le directeur de l'ACFR indique clairement que les questions envoyées à l'avance seront traitées en priorité, une proposition qui choque la vice-présidente.

Voyons donc! Il n’a pas à décider quelles questions seront retenues. Dans l’AGE, c’est celle-ci qui est souveraine.

Annie Audet, vice-présidente de l'ACFR

Rassurer la communauté

Lors d'une rencontre tenue le 8 avril, une pétition avait été déposée devant le conseil d'administration afin que les discussions de l'AGE du 4 mai ne portent que sur la gouvernance de l'organisme et sur le fait que plusieurs dossiers n'avancent pas. Une douzaine de membres de l'organisme étaient signataires de cette pétition.

Dans un courriel daté du 10 avril, le président de l'ACFR avait rejeté la demande de changer le sujet de l'AGE.

Dans son message, François-Regis Kabahizi rappelle que la rencontre a pour objectif « de rassurer la communauté. »

Il ajoute que la question de la gouvernance pourrait être le sujet d'une autre assemblée générale extraordinaire, à moins que les signataires de la pétition ne trouvent réponses à leurs questions lors des discussions du 4 mai.

Saskatchewan

Associations francophones