•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'entraîneur des Olympiques de Gatineau encore au travail pour protéger sa maison

Un homme transporte un sac de sable pour créer un barrage devant sa résidence

L'entraîneur des Olympiques de Gatineau, Éric Landry, travaille d'arrache-pied pour protéger sa résidence de la crue des eaux

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Jonathan Jobin

L'entraîneur-chef des Olympiques de Gatineau est dans une course contre la montre, comme plusieurs résidents de la ville, pour protéger sa maison de la crue des eaux. Éric Landry demeure sur le boulevard Hurtubise et a été touché par les inondations de 2017. Il se prépare au pire pour les jours à venir.

Sur son terrain, il est à pied d'oeuvre depuis quelques jours pour installer des sacs de sable et — si le niveau de la rivière des Outaouais devait trop monter — barrer la route à l'eau.

La ville a fait un très bon travail pour nous garder informés. On se prépare en conséquence. C'est très important. On ne sera pas à la dernière minute, on prend de l'avance sur les prévisions, raconte Landry, entre deux voyages de sacs.

Éric Landry répond aux question d'un journaliste de Radio-Canada

L'entraîneur des Olympiques de Gatineau, Éric Landry

Photo : Radio-Canada

Pour fortifier sa maison, il peut compter sur l'aide de certains joueurs de l'équipe et de son entraîneur adjoint.

C'est fantastique ! Charlot [Charles-Antoine Roy] est de Gatineau et est venu aider. Francis [entraîneur adjoint] est au milieu d'un tournoi et est venu nous aider aussi. Je dois mentionner que ma famille du côté de ma femme et ma mère sont là depuis la première journée. Ils ont probablement travaillé plus que moi, rigole l'entraîneur.

Des jeunes placent des sacs de sable près d'une résidence

Des joueurs des Olympiques aident Éric Landry à protéger sa maison

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Si jamais ça ne monte pas aussi haut, on n’aura pas fait ça pour rien. C'est toujours en espérant qu'il ne se passe rien de négatif autour de notre propriété.

Éric Landry, entraîneur des Olympiques

L'expérience acquise, il y a deux ans, sera d'une grande aide en prévision de cette nouvelle crue printanière. Le travail se fait plus tôt et est surtout mieux organisé.

Je crois qu'on va pouvoir faire le même travail avec moins de sacs. On avait utilisé plus de 5000 sacs. Cette fois, on n’en a pas autant, mais on sera aussi efficace. La dernière fois, on a construit des choses qui ne fonctionnaient pas et qui ont dû être solidifiées. On a fait une meilleure planification, cette année, et on sait mieux comment gérer notre monde, explique Landry.

Malgré le stress et l'ampleur de la tâche, l'ancien joueur de hockey du Canadien reste positif. Il rappelle que son terrain n'avait pas subi d'inondations importantes en 40 ans avant celles de 2017. On va finir par trouver un juste milieu et avancer avec ça, termine Landry, qui souhaite tout de même que la pluie cesse rapidement, pour éviter le pire en Outaouais dans les prochains jours.

Ottawa-Gatineau

Conditions météorologiques