•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jean-François Gosselin écorché par l'ex-directrice de Québec 21

Patrick Paquet, Jean-François Gosselin, Stevens Melançon

Les conseillers de Québec 21 : Patrick Paquet, Jean-François Gosselin, Stevens Melançon

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Radio-Canada

Dans une lettre publiée jeudi, l'ex-directrice générale de Québec 21 laisse entendre que le chef Jean-François Gosselin n'a pas l'étoffe d'un maire.

La démission de Nancy Piuze, dont la victoire dans Sainte-Thérèse-de-Lisieux en 2017 a permis à Jean-François Gosselin de faire son entrée à l'hôtel de ville comme chef de l'opposition, a officiellement pris effet jeudi.

Dans une lettre envoyée aux médias et publiée sur les réseaux sociaux, Mme Piuze tenait à expliquer aux électeurs de son district les raisons qui l'ont poussée à se retirer au début du mois.

Elle évoque une « confiance envers le chef qui s’est dégradée au fil du temps », ainsi qu’un « climat de tension et de suspicion qui […] a secoué notre formation ».

Nancy Piuze et Stevens Mélançon (Québec 21) lors de leur élection en 2017.

Nancy Piuze et Stevens Mélançon (Québec 21) sont élus pour siéger au conseil municipal de Québec.

Photo : Radio-Canada / Alice Chiche

Selon elle, les administrateurs du parti ont reçu plusieurs commentaires des membres de Québec 21 remettant en question les aptitudes de Jean-François Gosselin à devenir un « maire crédible, visionnaire et apprécié par les citoyens ».

« Nous avons lucidement pris acte et fait part de ces constats à M. Gosselin, afin qu’avec notre aide, il puisse saisir la balle au bond », ajoute-t-elle.

Or, ce serait tout le contraire qui se serait produit.

« Le coup de grâce fût la sortie publique de M. Gosselin demandant une enquête sur des dépenses qu’il disait juger "douteuses" au sein de sa propre organisation », poursuit-elle. « Nos dépenses étaient conformes. Mais le ton du chef envers nous, sur la place publique, c’en fût assez pour miner davantage le moral des troupes et créer de lourds dommages à une organisation déjà affaiblie. »

Je crois que les gens de notre ville seront suffisamment lucides pour juger de la qualité de cette personne.

Nancy Piuze, à propos de Jean-François Gosselin

Vers les élections de 2021

Mme Piuze conclut sa lettre en évoquant les élections municipales de 2021.

Elle dit souhaiter aux citoyens de Québec un maire ou une mairesse « doté de qualités qui font la force d’un leader », « une personne en mesure de rassembler les forces vives d’une équipe », « une personne qui gagnera la confiance de la majorité et qu’on aura envie d’accompagner et de soutenir ».

Nancy Piuze n'a pas désiré accorder d'entrevue à la suite de la publication de sa lettre.

Réagissant, le 8 avril, à la crise qui sévit dans le parti, Jean-François Gosselin a manifesté son intention sur de nouvelles bases.

Il a aussi mandaté son conseiller spécial Richard Côté, un ancien d'Équipe Labeaume, de procéder à la restructuration de Québec 21.

« Je suis comme je suis. Je suis bien entouré, j'en ai parlé. J'ai demandé des conseils, je pense que j'ai été bien conseillé. Je l'ai géré du mieux que je pouvais. Je l'ai géré à ma manière. On est rendus là aujourd'hui », avait dit M. Gosselin à propos de la crise.

Québec

Politique municipale