•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le faible taux de vaccination contre la rougeole à Winnipeg inquiète

Bunmi Fatoye répond aux questions des journalistes sur un trottoir lors d'une journée ensoleillée.
La médecin hygiéniste de l'Office régional de la santé de Winnipeg, Bunmi Fatoye, dit ignorer pourquoi le pourcentage de résidents vaccinés est si bas. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'office régional de la santé de Winnipeg (ORSW) tire la sonnette d'alarme au sujet du faible taux de vaccination contre la rougeole dans la capitale manitobaine. Seuls 67 % des Winnipégois nés en 2008 ont reçu les deux doses recommandées.

La situation est particulièrement inquiétante dans certaines parties de la ville, comme dans le nord de Saint-Vital, où ce pourcentage est de 55 %. La moyenne provinciale de vaccination complète contre cette maladie est de 73 %.

Selon des experts, cela entraîne des risques d'éclosion de la maladie, comme cela s'est produit récemment ailleurs dans le monde. C'est ce qu'affirme le codirecteur du Centre d'étude de vaccins et professeur de médecine de l'Université McGill, Brian Ward.

Je ne sais pas si c'est une anormalité dans cette région ou dans les écoles où ils ont fait l'étude, mais un taux de vaccination de seulement 50 % à 60 %, c'est vraiment dangereux.

Brian Ward, codirecteur du Centre d'étude de vaccins et professeur de médecine de l'Université McGill

Il précise qu'il faut atteindre un taux de vaccination de 90 % à 95 % pour assurer l'immunité de groupe et limiter les éclosions de rougeole. Selon lui, un milieu scolaire avec des taux de vaccination comme ceux qu'on trouve au Manitoba est un contexte parfait pour une éclosion de la maladie.

Le Dr Ward rappelle aussi que la rougeole est extrêmement contagieuse. « Si un cas touche une personne dans cette classe ou cette école, tous les enfants susceptibles tomberont malades, dit-il. On ne se demande même pas s’ils vont tomber malades : ils vont attraper cette maladie. »

Une carte des quartiers de Winnipeg indiquant leur taux de vaccination.Certains quartiers de Winnipeg ont un taux de vaccination inférieur à 60 % alors que les spécialistes estiment qu'un taux de 90 % est nécessaire pour éviter les éclosions. Photo : Radio-Canada

L'ORSW dit ignorer ce qui explique ce faible taux de vaccination dans la capitale manitobaine. L'organisation de santé veut se pencher sur la question pour comprendre les causes de ce problème. L'ORSW va aussi rendre publiques ces données pour sensibiliser la population à cette situation.

La médecin hygiéniste de la province, Bunmi Fayote, rappelle que cette maladie infectieuse se propage par les airs et peut causer des maux de tête, des douleurs dans la gorge et des problèmes respiratoires. Les symptômes peuvent aussi s'aggraver et entraîner des problèmes pulmonaires – comme la pneumonie – ou cérébraux – comme l'inflammation du cerveau – et même la mort.

Le gouvernement provincial dit faire confiance à l'approche actuelle en matière de vaccination. Le ministre de la Santé, Cameron Friesen, rappelle que le Manitoba a été la première province à créer un registre de vaccination provincial en 1988. Il indique aussi que le gouvernement cherche à augmenter les taux de vaccination grâce à la sensibilisation de la population et en donnant aux parents les informations nécessaires pour faire un choix éclairé.

Manitoba

Santé publique