•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin du compost à De Salaberry

Radio-Canada

La Municipalité rurale de De Salaberry au Manitoba a décidé de mettre fin à son programme de compostage après trois ans d'activité. Ce projet pilote de compost rural était le premier de ce genre au Canada.

Pendant les trois dernières années, c’est dans la déchetterie située à Saint-Pierre-Jolys que les déchets organiques des résidents de la Municipalité rurale de De Salaberry étaient transportés.

La Fédération canadienne des municipalités avait choisi cette municipalité rurale et le village incorporé de Saint-Pierre-Jolys pour implanter le premier projet pilote de compost rural au Canada en 2016.

Pourtant, après la période des trois ans, le conseil municipal a décidé de mettre un terme au projet en avril 2019. Selon le préfet Darrel Curé, le projet est trop coûteux.

« Ce n’est pas viable, les coûts de licence sont très chers, les coûts d'infrastructure pour faire du compostage sont très chers », regrette-t-il.

Bien qu’il salue l’initiative, il estime que la communauté est trop petite pour supporter le coût des travaux et de main-d'œuvre qu'un tel projet demande sur le long terme.

« Ça devrait être un projet à plein temps bien plus énorme que ce qu’on a pour que ce soit rentable », explique Darrel Curé.

Il indique que pour continuer l'aventure, il faudrait construire des bacs à compost, utiliser des machines pour transformer la matière et employer des agents à temps plein.

Au total, Darrel Curé estime que ce sont 300 mètres cubes qui ont ainsi été transportés sur la durée du projet, soit l’équivalent de seulement dix camions.

« Ça nous a apporté de l'expérience. Ça nous a ouvert les yeux sur ce que ça coûte de mener un projet comme ça. Ça nous montre que le compostage pour une municipalité est une chose qu'on peut faire au niveau du ramassage, mais on devra faire appel à quelqu'un d'autre pour faire du compostage », précise-t-il.

Le directeur d’Éco-Ouest, Dany Robidoux, avait aidé la mise en œuvre du projet pilote. Il regrette le choix de la Municipalité rurale.

Le compost repoussera

Selon lui, la décision prise par la municipalité n’est qu’une vision économique à court terme. Il affirme que la mise en place d’un site de compostage permet de prolonger la durée de vie d’une déchetterie classique en diminuant la quantité de déchets qui y sont déposés.

« Les coûts pour fermer un site d’enfouissement de déchets et creuser une nouvelle cellule peuvent être transférés à un site de compostage », explique-t-il.

Néanmoins, Dany Robidoux est confiant pour l’avenir du compostage dans la province. Il affirme que le Manitoba travaille à réduire la quantité de déchets organiques dans les sites d'enfouissement.

Il ajoute ainsi que Éco-Ouest « travaille beaucoup avec les municipalités et il y en a plusieurs, un peu partout dans la province, qui commencent à s'attaquer à cette initiative-là. Il y a déjà une demi-douzaine d'autres municipalités avec qui on travaille, qui se lancent dans le compostage ».

L’entreprise travaille ainsi avec la Municipalité rurale de Morris, la Première Nation de Gambler ou encore la région métropolitaine de Winnipeg pour développer des projets de compostage des ordures ménagères.

Avec des informations de Pierre Verrière

Manitoba

Affaires municipales