•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Consommer de l’alcool le Vendredi saint au Manitoba, cinq ans plus tard

Les différentes règles entourant la consommation d'alcool au Canada
Mathilde Monteyne

En 2014, la province avait modernisé ses règles entourant l'alcool, notamment en permettant aux Manitobains d'en consommer dans les bars et les restaurants lors de jours fériés comme le Vendredi saint. Une occasion de faire le bilan sur la situation, cinq ans plus tard.

Si, vendredi, les Manitobains peuvent consommer de l’alcool dans les bars et les restaurants, c’est parce que les règles ont changé il y a quelques années.

Entrés en vigueur le 1er avril 2014, les changements à la Loi sur la réglementation des alcools étaient le résultat d’un processus de modernisation en la matière dans la province, lequel n’avait pas eu lieu depuis les années 1950.

Pour la première fois, les restaurants et les bars ont été autorisés à vendre de l’alcool un jour férié (le Jour du Souvenir est demeuré une exception).

Selon le président-directeur général de l’Association des hôteliers du Manitoba, Scott Jocelyn, cela a permis d’alléger la soirée qui précède le Vendredi saint, sachant que plusieurs établissements seront ouverts ce jour-là. « Même si cela reste une soirée chargée, si les gens veulent sortir le vendredi, ils auront des bars ouverts où aller », indique-t-il.

Du côté des restaurants, le directeur général de la Manitoba Restaurant & Foodservices Association, Shaun Jeffrey, estime que les changements de 2014 n’ont pas eu d’impact majeur sur l’industrie puisque les clients viennent, avant tout, pour manger.

Par ailleurs, il souligne que l’industrie cherche plutôt à développer l’offre de produits ne contenant pas ou peu d’alcool.

« C’est une nouvelle ère »

Aussi, si les restaurants ont eu des possibilités étendues de servir de l’alcool avec les changements de 2014, selon lui, la demande de produits peu ou pas alcoolisés est grandissante.

Beaucoup de gens cherchent des produits sans ou avec peu d’alcool.

Shaun Jeffrey, directeur général de la Manitoba Restaurant & Foodservices Association

« Il y a eu des avancées significatives dans la manière dont ces produits [sans alcool] sont créés, ce qui les rend beaucoup plus attractifs et proches des produits normaux », ajoute M. Jeffrey.

Si les ventes d’alcool et de bières sont restées inchangées, il affirme que celles des vins ont décliné. « La mise en oeuvre de services de livraison de vins et de bières par des tiers a beaucoup changé l’industrie », note-t-il.

Il considère également que les règles actuelles de la Régie des alcools, des jeux et du cannabis du Manitoba sont plus strictes qu’auparavant. Il cite notamment l’obligation récente pour toute personne qui sert ou vend de l'alcool dans la province de suivre un cours sur le service responsable des boissons alcoolisées.

« Les gens sont de plus en plus conscientisés par rapport à la consommation responsable d’alcool », affirme-t-il, ce qui est également lié, selon M. Jeffrey, à ces régulations qui engendrent une meilleure éducation et sensibilisation du public.

Des règles qui s’adaptent aux attentes des Manitobains

« La société manitobaine change et les lois évoluent en même temps », souligne la responsable des communications à la Régie des alcools, des jeux et du cannabis du Manitoba, Kristianne Dechant.

Quand les Manitobains ont des attentes différentes, les lois doivent changer.

Kristianne Dechant, responsable des communications à la Régie des alcools, des jeux et du cannabis du Manitoba

C’est ce qui a motivé les changements effectués en 2014, explique-t-elle. La modernisation précédente remontait aux années 1950.

« Il y avait des choses qui n’étaient pas en phase avec les attentes des Manitobains. On voulait changer les lois pour être plus modernes, pour être plus simples pour avoir des permis et pour simplifier la réglementation », explique Mme Dechant.

Au Manitoba il y a environ 75 % des gens qui disent boire de l’alcool, donc c’est quand même une grande partie de la population.

Kristianne Dechant, responsable des communications à la Régie des alcools, des jeux et du cannabis du Manitoba

Mais, surtout, elle souligne que ces modifications constituent une reconnaissance de la diversité au Manitoba, c’est-à-dire « le fait qu’il y a toutes sortes de personnes qui ont différentes religions, différentes pratiques », poursuit-elle.

Kristianne Dechant ajoute qu’aujourd’hui, la consommation d’alcool est associée au divertissement.

« C’est un produit adulte, mais vraiment offert comme un produit de divertissement avec de la nourriture, de la musique, de la danse, des jeux etc. »

Un petit peu d’histoire...

  • 1878 : Le Manitoba établit sa première régie des alcools.
  • 1916 : La prohibition est adoptée par le gouvernement libéral de T. C. Norris.
  • 1923 : La prohibition prend fin, le Manitoba inaugure un système de vente et de contrôle gouvernemental.
  • 1934 : Les premiers vendeurs de bières dans les hôtels ouvrent.
  • 1955 : La Loi sur la réglementation des alcools entre en vigueur.
  • 1957 : La consommation d'alcool en présence de personnes de sexe différent est permise dans certains endroits.
  • 1962 : Danser et boire dans certains débits de boisson est permis pour la première fois.
  • 1970 : L’âge pour acheter de l’alcool passe de 21 ans à 18 ans.
  • 2014 : Modernisation des règles sur l’alcool au Manitoba, qui, entre autres, autorisent les clients à commander de l’alcool sans manger dans les restaurants, élimine les restrictions relatives aux ventes pendant les jours fériés (Noël, Vendredi saint et Pâques), permettent aux clients de consommer de l’alcool dans des établissements comme les salons de coiffure, de beauté et les spas, et standardisent les horaires d’ouverture pour les vendeurs d’alcool au détail, les bars et les restaurants.

Manitoba

Consommation