•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Abolition d’une prestation pour diplômés : un sursis pour la cohorte de ce printemps

Le ministre Holder s'adresse à la presse.
Le ministre de l'Éducation post-secondaire, de la formation et du travail, Trevor Holder Photo: Radio-Canada / Michel Corriveau
Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick retarde l'abolition de la prestation pour l'achèvement des études dans le délai prévu. Les étudiants qui terminent leurs études ce printemps pourront donc s'en prévaloir.

Cette prestation (Nouvelle fenêtre) a pour objectif de réduire l’endettement de certains étudiants qui complètent dans les délais prévus et avec succès un programme universitaire de premier cycle. Si les prêts contractés auprès des gouvernements fédéral et provincial dépassent 32 000 $, le remboursement exigé sera de 32 000 $ et le reste de la dette sera abandonné.

L’abolition de la prestation pour l'achèvement des études dans le délai prévu avait été annoncée au début avril par le gouvernement progressiste-conservateur de Blaine Higgs.

Le gouvernement estime que la prestation pour l'achèvement des études dans le délai prévu n’est pas assez populaire et coûte trop cher pour en justifier le maintien. Il affirme que 281 étudiants l’ont demandé et que cela a coûté à la province 3,3 millions $ l’an dernier.

Jeudi, le ministre de l’Éducation postsecondaire, Trevor Holder, a déclaré que la province avait réalisé que l’abolition immédiate du programme serait injuste pour les futurs diplômés qui avaient prévu de s’en prévaloir ce printemps.

Le ministre précise que ce délai ne s’applique que pour les étudiants qui recevront leur diplôme dans les prochaines semaines. Les diplômés ont sept semaines après la fin de leurs études pour réclamer la prestation, et la cohorte de ce printemps sera la dernière à en bénéficier.

Nouveau-Brunswick

Éducation