•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fuite de gaz à l’école des Découvreurs : les enseignants déposent un recours

Deux autobus scolaires devant l'école

L'école Les Découvreurs est située dans l'arrondissement LaSalle, à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Radio-Canada

Le syndicat enseignant de l'école primaire des Découvreurs, à Montréal, exige que tous les professeurs de l'établissement soient entendus et dédommagés financièrement à la suite de la fuite de gaz du 14 janvier, où 43 personnes ont été hospitalisées.

Un texte de Jean-Philippe Robillard et Daniel Boily

Le recours du Syndicat de l’enseignement de l’ouest de Montréal contre la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys vise à faire la lumière sur ce qui s’est passé en faisant témoigner le personnel, la direction de l’école et la commission scolaire.

Au-delà de la fuite de gaz, notre recours vise à établir la responsabilité de l’employeur et, le cas échéant, obtenir dédommagement.

Mélanie Hubert, présidente du Syndicat de l’enseignement de l’ouest de Montréal

Une enquête interne

Pendant ce temps, la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB) a décidé de lancer une enquête interne pour faire la lumière sur le fil des événements du 14 janvier.

Une firme externe doit rencontrer ces prochains jours le personnel de l’école « dans une démarche de collecte d’informations », écrit la CSMB dans une convocation envoyée au personnel de l’école.

Une démarche attendue par le syndicat.

Les profs comprennent qu’un accident, ça arrive. Ils sont prêts à admettre qu’il peut y avoir un bris mécanique. Le noeud, c’est de savoir ce qui s’est passé entre 8 h 30 et 9 h, quand les cours commencent et quand les ambulances et le service incendie arrivent vers 11 h.

Mélanie Hubert, présidente du Syndicat de l’enseignement de l’ouest de Montréal

Le SPVM poursuit son enquête.

La Santé publique de Montréal doit également faire le point d’ici la fin de l’année scolaire.

Pas de détecteur de monoxyde de carbone

Des documents obtenus par Radio-Canada montraient récemment qu'il n'y avait pas de détecteur de monoxyde de carbone à l'école des Découvreurs lorsque 35 élèves et 8 membres du personnel ont été transportés en ambulance, le 14 janvier dernier, après avoir été intoxiqués par ce gaz.

La Commission scolaire avait pourtant affirmé le contraire dans les jours suivants.

Dans une lettre adressée aux parents le 1er avril, la CSMB précisait que des vérifications supplémentaires dans les semaines suivantes visant à comprendre pourquoi le détecteur n’avait pas fonctionné le 14 janvier « ont révélé que l’absence d’une sonde pouvant détecter le monoxyde de carbone était en cause ».

À la suite de l’incident à l’école des Découvreurs, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, avait annoncé que « des démarches réglementaires » seraient effectuées pour que l’ensemble des écoles et des commissions scolaires soient obligées de se munir d’un détecteur de monoxyde de carbone, ce qui n’est pas le cas présentement. Il avait aussi plaidé pour un « mécanisme d’inspection annuelle ».

Grand Montréal

Justice et faits divers