•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La prison au lieu de l'hôpital pour un homme de 79 ans

Photo d'une statue représentant la justice, prise de dos. Elle tient une balance à bout de bras et ses yeux sont bandés. En arrière plan se trouve une structure métallique ensoleillée.

Une statue représentant la justice

Photo : Radio-Canada / Daniel Beauparlant

Yannick Bergeron

Aux prises avec des problèmes cardiaques, un septuagénaire coupable d'agression sexuelle espérait repartir du palais de justice de Québec en homme libre, mais il a plutôt pris le chemin du pénitencier pour trois ans.

Yvon Leclerc a tenté, en vain, de convaincre la juge d'attendre avant de lui imposer sa peine.

Le résident de Lévis, originaire de Saint-Antoine-de-Tilly, a agressé sexuellement quatre fillettes. Les crimes ont débuté dans les années 80.

En attente d'une chirurgie cardiaque, l'homme de 79 ans souhaitait d'abord subir une opération au coeur dans le confort de son foyer.

Son avocate a indiqué à la juge Johanne Roy que le vieil homme était en attente du remplacement d'une valve cardiaque. Mais elle n'a pas fourni un rapport médical pour le prouver.

Dans les circonstances, la juge Roy a rejeté la demande de remise pour prononcer la sentence sur-le-champ.

Leclerc, qui espérait s'en tirer avec une peine de six mois, a plutôt vu la juge lui imposer le châtiment réclamé par la poursuite, soit trois ans de détention

Pour justifier sa décision, La juge a souligné que les agressions étaient survenues de façon régulière sur une période de plus de 20 ans.

Leclerc, qui aura 80 ans au mois d'août, a pris le chemin des cellules difficilement, escorté par les constables spéciaux, alors que les victimes essuyaient leurs larmes dans la salle d'audience.

Québec

Justice et faits divers