•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les anciens employés de Réjean Tremblay au service de Portes et fenêtres Fusion

Une usine de portes et fenêtres.

Portes et fenêtres Fusion offrira les mêmes produits que Les Fenêtres Réjean Tremblay, qui a fait faillite il y a quelques mois.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Radio-Canada

Quelques mois après la faillite de l'entreprise Les Fenêtres Réjean Tremblay, Portes et fenêtres Fusion ouvre ses portes à Desbiens. La majorité des employés proviennent de la défunte entreprise de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix et les produits offerts seront les mêmes.

Denis Gagnon, qui cumule une trentaine d'années d'expérience dans son domaine, a longtemps travaillé chez Réjean Tremblay. Son savoir-faire profitera à Portes et fenêtres Fusion.

Tout le set-up qui est ici, on l'a fait avec les confrères de travail. Avec l'équipe qu'on a aujourd'hui et la confiance de M. Philippe (Lebel), c'est une belle réussite d'après moi, commente le vétéran de l’industrie.

Son confrère André Brassard est heureux d’avoir pu garder son boulot.

J'ai conservé mon emploi, mon ancienneté aussi. Je suis très fier de le dire.

André Brassard, employé de Portes et fenêtres Fusion

Une quarantaine de salarisé sont à pied d’œuvre dans l’usine.

Gros plan d'une fenêtre dans une usine. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une quarantaine d'employés travaillent à l'usine de Desbiens.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Les propriétaires de l’entreprise possédaient déjà Portes et fenêtres Pierre Naud, en Mauricie. Ils ont déménagé leurs pénates à Desbiens où ils ont l’intention de diversifier la gamme de produits et tripler la production grâce à des investissements de 1 million de dollars.

À vrai dire, on voulait fabriquer le même produit qu'il y avait ici, en région. On connaissait le fournisseur, Soniplastics. On voulait fabriquer du Soniplastics depuis plusieurs années. Quand Réjean Tremblay a fait faillite, ce produit était disponible pour nous. On avait l'autorisation de le fabriquer. Les employés étaient habitués. On est venus ici. On a vu que les employés étaient bons, compétents et travaillants. Ça nous a séduits, explique le copropriétaire, Philippe Lebel.

Pour profiter de l'expérience et du savoir-faire des anciens travailleurs de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, l'usine a élu domicile dans l’ancien bâtiment de Johnson et Johnson, à Desbiens.

Il n'y a rien de plus triste que de voir une usine qui se démantèle et un bâtiment qui se vide. Aujourd'hui, il y a une odeur de plastique chauffé. Ça sent bon, ça sent l'usine, se réjouit le directeur au développement à la Corporation d’innovation et de développement d’Alma (CIDAL), Laval Girard.

Propriétaires et employés voient l’avenir d’un bon œil.

On fabrique des fenêtres depuis 1890. Est-ce que j'ai confiance? Est-ce que ça va bien aller? Je pense que oui, renchérit Philippe Lebel.

L'entreprise est à la recherche d’une quinzaine de travailleurs pour livrer les commandes qui figurent dans un carnet déjà bien garni.

D'après le reportage de Mélissa Paradis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Affaires