•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le « sexsomniaque » fait face à de nouvelles accusations

Un véhicule de la Police provinciale de l'Ontario.
Ryan Hartman, 38 ans, a été arrêté pour agression sexuelle par la Police provinciale de l'Ontario. Photo: Radio-Canada / Dave Chidley/CBC
Radio-Canada

Un homme de Brockville, qui avait plaidé la « sexsomnie » pour se défendre d'une accusation d'agression sexuelle, est de nouveau devant les tribunaux. Il est cette fois-ci accusé d'agressions sexuelles sur deux mineures.

Ryan Hartman a été arrêté de nouveau, a confirmé jeudi la Police provinciale de l'Ontario, en lien avec des agressions qui auraient eu lieu en 2008 sur deux jeunes filles de 14 et 15 ans, dans le canton de Grenville Nord.

Il fait face à deux chefs d'accusation d'agression sexuelle, deux de contacts sexuels et un d'incitation à des contacts sexuels impliquant un enfant de moins de 16 ans.

Hartman restera derrière les barreaux jusqu'à sa prochaine comparution, prévue mercredi prochain.

En novembre dernier, Ryan Hartman a été reconnu coupable d'avoir violé une femme alors qu'elle dormait dans une maison de Spencerville, en Ontario, en 2011. Il s'était défendu en affirmant qu'il souffrait de sexsomnie, c'est-à-dire qu'il dormait au moment de l'agression et qu'il ne savait pas ce qu'il faisait.

Le juge a rejeté cette défense et Hartman a été condamné à un an de prison. L'homme de 38 ans porte maintenant cette décision en appel et a été libéré sous caution le 4 avril.

Ottawa-Gatineau

Procès et poursuites