•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facebook dit prendre des mesures spéciales pour l’élection à l’Î.-P.-É.

Facebook sur un téléphone cellulaire.
Facebook sur un téléphone cellulaire Photo: Reuters / Dado Ruvic
Radio-Canada

Facebook Canada assure prendre des mesures spéciales durant la campagne électorale provinciale à l'Île-du-Prince-Édouard, afin de protéger la sécurité des comptes des candidats et des partis politiques, et de freiner la prolifération de fausses informations.

L’élection générale à l’Île-du-Prince-Édouard aura lieu le 23 avril.

Comme l'entreprise l’avait fait lors de précédentes élections dans d’autres provinces, Facebook met à la disposition des partis politiques et des candidats une adresse courriel d’urgence, donnant un accès direct à l’équipe chargée de vérifier qu’aucun mauvais acteur ne perturbe l’élection.

Si un piratage est suspecté, ou si un parti ou un candidat remarque quelque chose de suspect, ils peuvent communiquer directement avec nous, dit Kevin Chan, directeur des politiques publiques pour Facebook Canada.

Facebook dit avoir une équipe de 30 000 employés, qui travaille 24 heures sur 24.

Les députés et partis fédéraux ainsi que les sénateurs ont aussi accès à cette adresse courriel d’urgence.

L’entreprise dit de plus avoir communiqué avec tous les candidats à l’élection de l’Île-du-Prince-Édouard afin de leur expliquer comment utiliser la vérification en deux étapes pour accéder à leurs comptes Facebook. La vérification en deux étapes signifie que l’utilisateur, en plus d’entrer le mot de passe associé à son compte, doit confirmer son identité à l’aide d’un code généré par une application mobile ou reçu par message texte.

Fausses nouvelles

Facebook Canada soutient aussi combattre les fausses nouvelles durant cette campagne électorale. Selon l’entreprise, les histoires jugées fausses obtiennent en moyenne 80 % moins de visibilité dans les fils d’actualité des utilisateurs.

La véracité des nouvelles est évaluée par des vérificateurs (fact checkers) indépendants, dit Facebook, et les utilisateurs du service seraient informés qu'ils viennent de partager un contenu jugé faux.

Tim Currie, expert en médias sociaux et directeur du programme de journalisme de l’Université de King's College, à Halifax en Nouvelle-Écosse, n’est pas certain que ces mesures vont assez loin.

Le public ne remarque pas toujours que certaines publications sont associées à du contenu payé ou commandité, dit M. Currie.

Il souligne qu’il est difficile pour les usagers de Facebook de faire la différence entre ce contenu commandité et ce qui est partagé par leurs contacts ou par les pages auxquelles ils sont abonnés. Les utilisateurs de la plateforme doivent donc prendre eux-mêmes des mesures pour vérifier d’où provient le contenu et évaluer s’ils peuvent s’y fier, juge-t-il.

Facebook dit ne pas avoir rencontré de problème probleme jusqu’à maintenant relativement à des élections au Canada.

Avec les informations de CBC

Île-du-Prince-Édouard

Cybersécurité