•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ministre Girault talonnée sur les Jeux de la Francophonie

Nadine Girault, ministre des Relations internationales et de la Francophonie, lors d'une intervention à l'Assemblée nationale
Nadine Girault, ministre des Relations internationales et de la Francophonie (archives) Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Radio-Canada

La possible tenue des Jeux de la Francophonie à Sherbrooke a rebondi une fois de plus jeudi durant la période de questions à l'Assemblée nationale.

Porte-parole de l'opposition officielle en matière de relations internationales et de francophonie, la libérale Paule Robitaille a talonné la ministre des Relations internationales, Nadine Giraud afin de savoir la décision de Québec.

Depuis que Sherbrooke a levé la main pour accueillir lesJeux de la Francophonie, depuis qu'Ottawa a promis de mettre autant que Québec et Sherbrooke, la ministre, elle, tergiverse, dénonce-t-elle.

Sa position n'est pas du tout claire. Un jour, c'est hum... oui, peut-être. L'autre, c'est non.

Paule Robitaille, à propos de la position de Nadine Giraud

En début de semaine, la ministre Giraud a appris que la part du gouvernement provincial a été revue et qu'elle pourrait atteindre 30 à 35 millions de dollars. Il était au départ question de 17 millions, selon elle.

Depuis le départ, nous disons que nous allons respecter la capacité de payer des Québécois et c'est ce qu'on va regarder, a répliqué la ministre.

On ne sent pas une conviction profonde pour ces Jeux-là, de toute évidence, a plus tard laissé tomber la députée Robitaille, en point de presse.

Porte fermée? 

Lundi, la ministre a laissé entendre qu'elle fermait la porte à l'accueil des Jeux en 2021 à Sherbrooke. Le maire Steve Lussier a répliqué vouloir rester positif et a rappelé qu'une rencontre aura lieu bientôt entre la ministre et lui. La Ville de Sherbrooke affirme qu'elle ne versera pas plus de 5,5 millions de dollars.

De son côté, le gouvernement fédéral a deja annoncé qu'il allait payer 50 % de la facture.

Estrie

Politique provinciale