•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Indemnisation rehaussée : les chauffeurs de taxi seront consultés

Deux rangées de voitures taxi
Les chauffeurs de taxi seront consultés sur la dernière offre du gouvernement. Entre-temps, ils prévoient prendre une pause des moyens de pression durant le congé de Pâques. Photo: Radio-Canada
La Presse canadienne

Six groupes qui représentent des chauffeurs de taxi annoncent qu'ils vont consulter leurs membres, au cours des prochains jours, sur la dernière offre du ministre des Transports François Bonnardel rehaussant l'indemnisation qui leur serait versée. Entre-temps, ils prévoient prendre une pause des moyens de pression durant le congé de Pâques.

Ils annonceront mercredi prochain leur décision à la suite de cette consultation, ont-ils fait savoir jeudi.

Le ministre a annoncé qu'en plus des dédommagements de 500 millions de dollars sur deux ans déjà annoncés, les chauffeurs pourront toucher l'équivalent du coût de leur permis, selon la valeur qu'il avait lorsqu'ils l'ont acheté, grâce à une nouvelle redevance sur les courses en taxi.

Ces six regroupements, à savoir l'Association des taxis des régions du Québec, l'Association haïtienne des travailleurs du taxi, le Regroupement des intermédiaires du taxi du Québec, le Regroupement des travailleurs autonomes métallos, le Comité de concertation et de développement de l'industrie du taxi et Taxis du Grand Montréal, estiment que la nouvelle offre ministérielle est « perçue à la fois comme très importante et très insuffisante ».

Cette indemnisation est rendue nécessaire par la déréglementation de l'industrie, annoncée par le gouvernement du Québec, qui fera chuter la valeur des permis de taxi.

Selon eux toutefois, la nouvelle indemnisation basée sur la valeur du permis lors de l'achat, plutôt que sur sa valeur marchande, « fait en sorte que des milliers de travailleurs âgés se verront retirer leur fonds de pension et devront vivre une retraite dans la pauvreté et la précarité. »

Ils illustrent leur raisonnement par un exemple : « c'est comme si on vous expropriait et qu'on vous donnait la valeur de votre maison en 1990, en disant que vous avez spéculé ».

Plus tôt cette semaine, des organismes qui représentent des personnes handicapées se sont aussi inquiétés de ce qu'il adviendra de leur moyen de transport adapté avec cette réforme. Le transport adapté est souvent assuré par l'industrie du taxi.

L'industrie du taxi compte 9000 détenteurs de permis de taxi et 12 000 chauffeurs.

Transports

Politique