•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le combat d'une mère contre les accidents du travail

Joanne raconte son histoire devant une cinquantaine de travailleurs. Elle porte un casque de sécurité sur la tête.

Joanne Wade revient sur l’accident du travail qui a coûté la vie à son fils, devant une cinquantaine de travailleurs de la scierie EACOM dans le Nord de l’Ontario.

Photo : Radio-Canada / Justine Cohendet

Justine Cohendet

Près de 20 ans après la mort de son fils, Joanne Wade continue de raconter l’histoire de sa famille, dans l’espoir de sensibiliser le plus grand nombre de personnes possible aux accidents du travail. C'est aussi l'objectif de la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail, qui a lieu le 28 avril.

Joanne Wade s’est rendue à la mi-avril à la scierie EACOM située à une cinquantaine de kilomètres du Grand Sudbury, pour raconter une nouvelle fois la tragique histoire de son fils, Brent.

Alors qu’il était au volant d'un camion de l'entreprise pour laquelle il travaillait, il a été happé par un train, à l’intersection du chemin de fer entre Brampton et Guelph.

Il y avait des branches qui entravaient la visibilité et il n'y avait pas de barrières, explique Mme Wade.

Son fils n’a pas vu le train arriver.

Il est mort le 9 novembre 1999.

La mort de mon fils était évitable, dit-elle.

Selon Mme Wade, plusieurs accidents avant la mort de Brent auraient dû alerter les autorités, mais personne n’a installé de barrières à cette intersection, déplore-t-elle.

Photo d'un homme sur un quad. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le fils de Joanne Wade, Brent

Photo : Famille Wade

Dix mois après ce drame, trois jeunes périssent au même endroit.

Des barrières de sécurité seront finalement installées.

Je ne veux pas que la mort de mon fils n’ait servi à rien, je veux que sa mort sensibilise les gens à la sécurité en milieu de travail.

Joanne Wade

Augmentation du nombre d’accidentés du travail

Aujourd’hui, Joanne Wade visite les entreprises de la province, avec l’association Fil de vie, pour sensibiliser employeurs et employés à l’importance de signaler tout environnement qui pourrait s’avérer dangereux.

Selon les données de l’Association des commissions des accidents du travail du Canada (ACATC), le nombre d’accidents du travail continue de grimper.

En 2017, au Canada, 951 personnes sont mortes alors qu’elles travaillaient, ce qui représente une augmentation de 5 % par rapport à l’année précédente.

Avec 217 morts en 2017, le secteur de la construction est de loin le plus touché.

L'extérieur de la scierie.  Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La scierie EACOM, à l'ouest de Sudbury, a organisé une conférence sur la sécurité au travail pour ses employés.

Photo : Radio-Canada / Justine Cohendet

Bob Banchero, directeur des scieries EACOM en Ontario, estime que ce genre de conférence est nécessaire.

Au cours de sa carrière, il a été témoin de plusieurs accidents graves.

Un de mes amis a eu un terrible accident au travail et je crois que tous sont évitables, affirme-t-il.

Son entreprise, EACOM, s’est donné l’objectif de faire diminuer le nombre d’accidents.

Nous devons encore nous améliorer, estime-t-il.

Selon lui, il n’y a eu aucun accident du travail au cours de la dernière année dans trois des scieries de l'entreprise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Accident de travail

Société