•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’intimidation et les stéréotypes de genre expliqués aux jeunes dans un livre

Deux femmes parlent au public durant une conférence de presse.
La Coalition d'aide à la diversité sexuelle a lancé «Être unique c’est génial!», un album jeunesse dont le lecteur est le héros. Photo: Radio-Canada / Camille Lalancette
Radio-Canada

Le projet « Être unique c'est génial! », propulsé par la Coalition d'aide à la diversité sexuelle de l'Abitibi-Témiscamingue en partenariat avec l'autrice jeunesse Marie Pier Giasson, propose un album jeunesse dont le lecteur est le héros. Le personnage principal est un garçon qui vit et une différence et qui se fait intimider pour cette raison.

Marie Pier Giasson indique que la commande du livre jeunesse lui permettra de relater ses expériences personnelles. Avec l’intimidation que j’ai vécue, vu que j’étais plus garçon à l’adolescence, je faisais de la skate et tout puis je me faisais écoeurer. Donc je pense que c’est important que les gens se sensibilisent à ça puis qu'ils ont le droit d’être qui ils sont, explique-t-elle.

Destiné aux lecteurs entre 6 et 12 ans, l’album sera édité en français et en anglais. La chargée de projet pour à la Coalition d’aide à la diversité sexuelle de l’Abitibi-Témiscamingue, Johanie Vendette, souhaite voir une édition en livre numérique. Elle espère voir des changements de mentalités en éduquant les enfants dès leur jeunesse.

On parle de plus en plus dans la société de l’impact que les stéréotypes de genre ont sur les gens, mais particulièrement sur les enfants. Parce qu’on inculque ça très, très tôt à ces enfants-là. Donc pour nous, c’est une bonne occasion de sensibiliser et informer par rapport [aux stéréotypes de genre], ajoute la chargée de projet à la Coalition.

Le tout est possible grâce à un soutien financier de 40 000 $ du ministère de la Famille du gouvernement québécois.

Ça va nous permettre de faire des déplacements à travers toute la région de l’Abitibi-Témiscamingue, on sait qu’on a une grande région en termes de superficie. Cela va nous permettre de rejoindre les plus petites communautés ou les communautés plus éloignées comme certaines communautés autochtones. Ça nous permet aussi d’offrir le service dans les deux langues officielles du Canada donc en anglais et en français et ça va nous permettre de faire la mise en place, énumère Johanie Vendette.

- Avec les informations de Camille Lalancette

Abitibi–Témiscamingue

Communauté LGBTQ+