•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : exaspération et découragement à Beauceville

Moments difficiles pour des résidents de Beauceville
Jean-François Nadeau
Charles D'Amboise

Au surlendemain des inondations causées par la rivière Chaudière, à Beauceville, l'heure est au découragement pour bon nombre de commerçants du centre-ville. Copropriétaire du bar et salon de quilles Le Loft, Karine Malenfant affirme avoir tout perdu.

L'immeuble et les équipements du Loft sont une perte totale. L'eau et les glaces ont tout détruit sur leur passage. Karine Malenfant et son conjoint avaient décidé de passer la nuit de lundi à mardi à l'intérieur de leur entreprise, pour pouvoir intervenir en cas d'inondation.

Ils sont toutefois demeurés impuissants devant la force et la rapidité de la crue des eaux.

« La porte a complètement explosé. Dehors, je voyais des animaux courir, des souris, des rats. L'eau rentrait de partout. Je me suis ramassée avec de l'eau jusqu'à la poitrine. J'ai des bleus. Je me faisais cogner par les glaces. Je me suis sauvée en m'agrippant à une machine dans le courant. On est sortis par le toit », raconte Karine Malenfant.

Karine Malenfant constate les dommages au Loft. Photo : Radio-Canada
Karine Malenfant montre les dommages au journaliste Pascal Poinlane.

Le propriétaire du restaurant Normandie, Marquis Fortin, a tout fait lui aussi mardi pour protéger son commerce de la crue soudaine, en vain.

« Il y a eu une première vague qui est venue tout autour de la bâtisse. Ça s’est retiré tranquillement. Cinq minutes plus tard, on était à nouveau entourés d’eau. On a été ensevelis », explique-t-il.

Dégâts au restaurant Normandie, à BeaucevilleLe bâtiment du restaurant Normandie, à Beauceville, a été soulevé en raison d'une explosion causée par l'inondation. Photo : Radio-Canada / Hans Campbell

Avec ses employés, M. Fortin s’est empressé de construire un barrage avec des sacs de sable. « Nos pompes fonctionnaient à fond », ajoute-t-il.

Quelques minutes plus tard, une explosion liée à une probable fuite de gaz s’est produite. « Ça nous a rentré dans le corps […] Tous les menus bougeaient sur les tables. La pression a provoqué un sifflement. On a senti la bâtisse trembler. Le courant a été coupé », raconte-t-il.

À l'heure du nettoyage et de la reconstruction, les propriétaires du Loft se disent désemparés. L'établissement n'était pas assuré. Le couple se retrouve maintenant sans revenus.

« Tout est à détruire. Les murs sont à détruire. Aucun appareil n'est récupérable, aucun meuble non plus. Plus d'inventaire, plus d'ordinateur. On a tout perdu. C'était notre rêve, notre avenir. On a investi tous nos sous ici, notre temps, notre énergie », se Karine Malenfant.

Du jamais-vu


Installé à Beauceville depuis près de 35 ans, Marquis Fortin a vécu plusieurs épisodes d’inondations. La situation actuelle est du jamais-vu, selon lui.

« Ça fait plusieurs débâcles que je vois, mais là, je suis complètement démuni. Je ne sais pas quoi faire. On attend les rapports d’inspecteurs », explique-t-il.

On vit des débâcles aux quatre ou cinq ans. […] Je préparais ma retraite, mais là, je ne sais plus.

Comme d'autres entreprises de Beauceville, l'avenir du Loft va dépendre des indemnités qui seront versées aux sinistrés.

Avec les informations de Marc-Antoine Lavoie

Québec

Justice et faits divers