•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa prendra une décision sur l’expansion de Trans Mountain le 18 juin

Une barge est accostée au terminal Westbridge de Kinder Morgan, d'où des tuyaux transportent son carburant d'aviation vers l'aéroport de Vancouver.

La date limite du 23 mai est repoussée au 18 juin.

Photo : Reuters / Chris Helgren

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral a annoncé jeudi que la date limite pour la prise d'une décision au sujet du projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain est repoussée au 18 juin.

Le ministre des Ressources naturelles, Amarjeet Sohi, affirme que ce report donnera au gouvernement le temps d'achever les consultations avec les groupes autochtones.

L'Office national de l'énergie (ONE) a approuvé une expansion de l'oléoduc Trans Mountain le 22 février, marquant le début de la période de 90 jours accordée à Ottawa pour trancher sur l’avenir du projet. Une décision était donc initialement attendue en mai.

Les travaux pour l'expansion de Trans Mountain avaient été suspendus l'an dernier, après que la Cour d'appel fédérale eut déterminé que les conséquences environnementales n'avaient pas été évaluées adéquatement et que le gouvernement devait tenir davantage de consultations avec les groupes autochtones.

Un délai supplémentaire qui fait réagir

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, a souligné jeudi matin qu’il attend toujours, comme plusieurs, les résultats des discussions avec les Autochtones. « En ce qui concerne la prolongation [des consultations], c’est la décision du gouvernement fédéral, ce n’est pas la mienne, dit-il. Je vais laisser les Premières Nations déterminer si c’est adéquat ou non. »

Des Autochtones opposés au projet jugent que la nouvelle échéance ne viendra pas combler les lacunes du processus de consultation. « Je pense qu’ils essaient de donner un sens à ces discussions, mais accorder un délai supplémentaire ne permettra pas d’y arriver », soutient Judy Wilson, de l’Union des chefs autochtones de la Colombie-Britannique.

Dans la province voisine, le nouveau premier ministre albertain désigné, Jason Kenney, explique avoir été averti par Justin Trudeau mercredi soir du report de la décision d’Ottawa au 18 juin.

Le chef du Parti conservateur uni de l’Alberta dit avoir accepté le choix du gouvernement fédéral de prendre plus de temps pour discuter avec les Autochtones. « Je suis d’accord avec le premier ministre [du Canada] qu’il faut s’assurer de bien mettre les points sur les i en ce qui concerne le devoir de consultation du gouvernement fédéral, dit Jason Kenney. Nous ne voulons certainement pas qu’ils retournent à la table à dessin une troisième fois. »

L’Association canadienne des producteurs pétroliers dit reconnaître l’importance des discussions avec les communautés autochtones, mais demeure impatiente de voir le projet aller de l’avant. « Après plus de cinq ans, chaque délai supplémentaire entraîne des dommages pour la réputation du Canada et des emplois en moins », écrit le président de l’association, Tim McMillan, dans un communiqué.

Avec les informations de La Presse canadienne

Industrie pétrolière

Économie