•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un procès pour trafic de drogue s’ouvre à Sept-Îles

Micael-Karl Ringuette est notamment accusé de trafic de stupéfiants.

Micael-Karl Ringuette est notamment accusé de trafic de stupéfiants.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Radio-Canada

Un procès pour une affaire de trafic de stupéfiants s'est ouvert mercredi au palais de justice de Sept-Îles. L'admissibilité de messages textes comme éléments de preuve a été au cœur des débats.

Les procédures juridiques ont débutées au palais de justice de Sept-Îles dans le dossier de Micael-Karl Ringuette. Selon l'avocat aux poursuites criminelles et pénales, il est accusé de trafic de stupéfiants, recel de sommes d'argent reliées au trafic et complot en matière de stupéfiants.

Les drogues en question sont la cocaïne, les métamphétamines et principalement le cannabis.

Des messages texte au cœur du débat

Lors de cette première journée de procès, l'admissibilité de messages textes comme éléments de preuve a dominé les discussions.

L'avocat de la défense Michel Savard a déposé une requête pour faire retirer ces messages de la preuve.

Selon Me Savard, la partie de la preuve visée a été obtenue par les policiers d'une manière qui violerait les droits de l'accusé garantis par la Charte des droits et libertés.

Le suspect aurait été identifié avec les messages textes dans le téléphone cellulaire d'un tiers.

De son côté, le procureur aux poursuites criminelles et pénales, Marc Bérubé, défend le travail des policiers dans ce dossier.

« Moi, je prétendais et je prétends toujours que le travail des policiers s'est fait selon les règles de l'art en respect des décisions antérieures et que la saisie, les perquisitions n'étaient pas illégales, donc on va voir ce que la juge va décider », a fait savoir l’avocat.

La juge Vicky Lapierre rendra sa décision jeudi matin quant à ce volet précis des procédures.

Avec les informations de François Robert

Côte-Nord

Procès et poursuites