•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yves Lévesque va mieux et se prépare à faire le saut en politique fédérale

Homme en entrevue dans un stationnement.

Yves Lévesque, ex-maire de Trois-Rivières

Photo : Radio-Canada

Marie-Pier Bouchard

L'ancien maire de Trois-Rivières Yves Lévesque a brisé le silence mercredi après plusieurs mois passés loin de la vie publique. Il confirme qu'il sera candidat pour le Parti conservateur du Canada (PCC) au prochain scrutin fédéral s'il est « 100 % en forme ». Il assure qu'il renoncerait à son indemnité de départ s'il était élu.

Parti en congé de maladie en octobre dernier, Yves Lévesque devait revenir en poste après le temps des Fêtes.

Il a cependant causé la surprise le 27 décembre en annonçant sa démission, près de trois ans avant la fin de son mandat. Pour des raisons de santé, avait alors expliqué avec émotion le porte-parole du cabinet de M. Lévesque, Yvan Toutant, en s'adressant aux journalistes.

Bien qu’Yves Lévesque demeure flou sur le diagnostic précis qui a motivé ce long congé de maladie, on comprend bien à travers les lignes qu’il était épuisé et qu’il avait besoin d’une pause, faisant allusion à l’environnement de travail.

À force de se battre, ça devient fatigant au niveau de la santé. Un moment donné il faut apprendre à arrêter. Le corps nous parle et on ne l'écoute jamais.

Yves Lévesque, ex-maire de Trois-Rivières
Homme en entrevue devant une caméraAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Yves Lévesque sort de son mutisme après sept mois passés à l'écart des médias.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard

J'aurais pu rester, avoir mon chèque de paie toutes les semaines, mais mes valeurs, mes principes sont que, quand tu ne donnes pas 100 % de rendement, t'as pas d'affaire là, ajoute-t-il.

Au cours des derniers mois, il dit avoir reçu plusieurs offres d’emploi dans différents secteurs d’activités et qu’ils les a toutes refusées.

Yves Lévesque raconte qu’il a voyagé, qu’il a passé beaucoup de temps en famille, ce qui n’était pas le cas auparavant, témoigne-t-il. Un moment donné, il faut s’occuper de son monde un petit peu, dit l'ancien maire.

Après sept mois de repos et de temps en famille, M. Lévesque affirme qu’il va mieux et qu’à 62 ans, il a encore beaucoup d’énergie.

Il confirme ainsi qu’il sera candidat conservateur dans Trois-Rivières si sa santé est complètement rétablie.

Si je suis 100 % en forme, c'est sûr que je vais être au rendez-vous.

Yves Lévesque, ex-maire de Trois-Rivières

Depuis 1999 que je parle du fédéral, un moment donné il faut passer à l’action, renchérit-il, estimant qu’il est présentement rétabli à 70 %.

Un homme montre sa voiture à un autre homme dans un stationnement.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Yves Lévesque sort de son mutisme après sept mois passés loin de la vie publique.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard

« Je ne prendrai pas ma prime »

Quant à son allocation de départ de près de 250 000 $, Yves Lévesque s’engage à y renoncer s’il se présente comme candidat et qu’il est élu comme député fédéral.

Je ne prendrai pas ma prime si je m'en vais au fédéral.

Yves Lévesque, ex-maire de Trois-Rivières

Les Conservateurs, de leur côté, affirment que la porte est toujours ouverte pour Yves Lévesque avec qui ils disent avoir des contacts réguliers.

Leur objectif est toujours d’avoir recruté tous les candidats pour le Québec cet été. Jusqu’à maintenant une cinquantaine ont été nommés sur un total de 78.

Continuer à faire la différence

Fier de ses 25 ans en politique municipale, Yves Lévesque dit avoir le sentiment du devoir accompli. Il souhaite maintenant faire avancer d’autres dossiers et, selon lui, ce n’est pas au niveau municipal qu’il pourra le faire.

Le train à grande fréquence, l'aéroport de Trois-Rivières, les programmes de subvention qui sont mal adaptés aux régions. Ces enjeux-là se règlent au niveau fédéral, explique M. Lévesque.

Mais avant toute chose, les prochaines semaines seront consacrées à sa santé. Repos et temps en famille sont au programme.

Bien qu’il apprécie le fait de profiter des siens depuis plusieurs mois, son objectif est tout de même de retrouver toutes ses capacités afin de se présenter comme candidat conservateur lors du prochain scrutin fédéral à l’automne.

Je suis un combatif, on ne peut pas changer qui on est. Je ne me bats pas pour moi. Je me bats pour nos enfants et nos petits-enfants, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Politique