•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une seule noyade à Thunder Bay en 2018

Un pont piétonnier au dessus d'une rivière.
Le canal de dérivation Neebing-McIntyre a été le théâtre de plusieurs événements tragiques au fil des années. Photo: CBC/Jeff Walters
Radio-Canada

Selon le détective Ryan Gibson, du Service de Police de Thunder Bay, il y a eu une seule noyade dans les rivières traversant la ville en 2018, comparativement à cinq l'année précédente.

Davantage de patrouilles à pied par la police et la présence accrue de groupes de services sociaux semblent améliorer la sécurité autour des nombreuses voies navigables de Thunder Bay, indique un rapport publié mardi.

Le rapport annuel 2018 du projet Floodway souligne une diminution du tiers du nombre d’incidents le long des rivières par rapport à 2017, passant de 459 à 305.

Des agents de police en uniforme assis derrières des bureaux.Le détective Ryan Gibson (à l'avant-plan) a présenté le rapport lors de la réunion mensuelle de la Commission des services policiers de Thunder Bay. Photo : CBC/Cathy Alex

Le projet Floodway a été lancé en novembre 2016 en réponse à une des recommandations de l’enquête du coroner sur la mort de sept jeunes Autochtones. La plupart avaient été retrouvés dans des cours d’eau.

En janvier 2018, environ un an après le début du projet, la police estimait que l’intervention des services d’urgence avait permis d’éviter plus de 100 noyades.

M. Gibson a mis les gens en garde contre le fait de tirer trop de conclusions à partir de seulement deux années de données, mais il convient qu’il y a lieu d’être optimiste.

Je pense qu’aussi longtemps que nous continuerons à participer à ces autres partenariats et les mesures que la communauté prend déjà [...], tout cela aura un effet clair.

Détective Ryan Gibson, Service de police de Thunder Bay

Alcool et santé mentale

Dans le cadre du projet Floodway, la police de Thunder Bay s’efforce entre autres de trouver et d’aider des personnes ivres pour éviter des blessures ou des noyades.

Près de la moitié des incidents sont survenus près du Thunder Centre, une zone commerciale le long du canal de dérivation Neebing-McIntyre.

Selon le rapport du projet Floodway, il y a plusieurs endroits dans ce secteur pour se procurer de l’alcool, de même que plusieurs ponts sous lesquels se cacher pour le consommer.

Cours d’eau et nombre de cas

  • Le canal de dérivation Neebing-McIntyre — 209
  • Le ruisseau McVicar — 31
  • La rivière Neebing — 26
  • Le lac Supérieur — 21
  • La rivière Kaministiqua — 14
Un secteur industriel et un secteur résidentiel séparé par un canal.Le Canal de dérivation Neebing McIntyre à Thunder Bay Photo : Radio-Canada

La grande majorité de nos cas concernent une combinaison de problèmes liés à l’alcool et à la santé mentale, a précisé le détective Gibson.

Nous voulons que ces gens soient en sécurité, affirme M. Gibson.

Lorsque [nos agents] se déplacent, ils essaient d’évaluer ce qui est le mieux pour cette personne en ce moment.

Détective Ryan Gibson, Service de police de Thunder Bay

L’âge moyen des personnes en cause est de 33 ans, avec seulement 5 % de jeunes âgés de 22 ans ou moins.

C’est possible que les jeunes aient simplement changé d'endroit pour aller consommer des substances intoxiquantes dans des zones plus éloignées, car ils avaient davantage peur de la police et risquaient de subir des conséquences plus graves si leurs parents et leurs éducateurs les surprenait.

Rapport annuel 2018 du project Floodway

Environ 20 % des incidents recensés en 2018 ont inclus une intervention par la police, les pompiers ou les ambulanciers, car on craignait pour la sécurité ou la vie d'une personne.

Parmi ces interventions, huit sont qualifiées de sauvetages, car la situation présentait un danger immédiat. Dans les trois quarts de ces cas, les personnes avaient des problèmes de santé mentale et affirmaient vouloir mourir.

Avec les informations de CBC

Nord de l'Ontario

Prévention et sécurité