•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès Montsion : une témoin clé de la couronne admet avoir menti sous serment

Sur l'image, on peut voir un policier frapper un homme debout.
La témoin Wendy Dunford a menti sur le fait qu'elle avait visionné une partie de la vidéo de surveillance de l’affrontement sur Internet. Photo: Capture d'écran d'une vidéo de surveillance
Laurie Trudel

Une témoin importante de la Couronne au procès pour homicide involontaire de l'agent Daniel Montsion, du Service de police d'Ottawa, a admis mercredi qu'elle a menti sous serment. Un aveu qui pourrait miner la crédibilité de son témoignage aux yeux du juge.

Wendy Dunford est la première témoin de la Couronne qui se souvient clairement avoir vu l’affrontement violent entre les policiers d’Ottawa et Abdirahman Abdi, devant l’immeuble à logements du 55, rue Hilda, le 24 juillet 2016.

Elle a qualifié d'excessives l’intervention policière et la force utilisée par l’agent Daniel Montsion.

« Je n’ai pas dit la vérité », admet Wendy Dunford

Pendant le contre-interrogatoire de la Défense mercredi, l’avocat du policier, Solomon Friedman, a demandé à la témoin si elle avait visionné la vidéo de surveillance de l’affrontement sur Internet, avant d’être appelée à la barre. Mme Dunford avait répondu que non.

Cette vidéo de surveillance n’a toujours pas été admise en preuve et fait l’objet de contestations depuis le début du procès.

Un peu plus tard, Me Friedman a suggéré à la dame qu’elle avait plutôt vu une partie de la vidéo mise en ligne, puisqu’elle ne pouvait pas avoir observé la totalité de l’affrontement de l’endroit où elle se trouvait sur la rue Wellington ce jour-là.

Elle a finalement avoué en avoir visionné une partie dans un article de CBC. La tête baissée, Wendy Dunford s’est excusée à la cour pour son mensonge.

La témoin a enfreint des ordres de la cour, sans le savoir

Au début du procès, le juge Robert Kelly a ordonné que les témoins et les témoins potentiels ne visionnent ou ne lisent aucun reportage ou article rédigé au sujet des procédures. Il a également ordonné que les témoins ne discutent pas de leurs témoignages en dehors de la salle d'audience.

Les procureurs de la Couronne ont la responsabilité d’informer leurs témoins de tout ordre de la cour, ce qui n’aurait pas été fait dans le cas de Mme Dunford.

Cette dernière a admis avoir enfreint ces règles, puisqu’elle a lu plusieurs articles de CBC rédigés depuis le début du procès. Elle a également discuté du contenu de ces articles avec son mari, un autre témoin potentiel. Les deux conjoints terminaient une course dans le quartier, le 24 juillet 2016, lorsqu’ils ont assisté malgré eux à l’arrestation d’Abdirahman Abdi.

Le témoignage de Wendy Dunford doit se poursuivre jeudi.

Ottawa-Gatineau

Procès et poursuites