•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une chaîne humaine pour sauver les chefs-d'oeuvre de Notre-Dame de Paris

Des trésors sauvés de la cathédrale Notre-Dame sont exposés dans une salle de l'hôtel de ville de Paris après le feu qui a dévasté une grande partie de la cathédrale, le 16 avril 2019.

Photo : Reuters / Benoit Tessier

Radio-Canada

Il faudra attendre encore plusieurs jours avant de connaître les dommages précis causés par l'incendie à la cathédrale Notre-Dame de Paris. Une chose est cependant certaine, le dévouement de nombreux intervenants a permis de sauver in extremis une partie des chefs-d'oeuvre qui s'y trouvaient, en leur évitant ainsi d'être dévorés par les flammes ou abîmés par l'eau.

Les dommages auraient été beaucoup plus importants sans le travail collectif d'employés municipaux, de policiers, de pompiers, d'architectes et de conservateurs du Louvre, qui se sont mis dès le début des événements en ordre de bataille pour préserver les oeuvres clés.

Le maçon Didier Durand a participé à cette chaîne humaine et aidé à sortir des objets précieux durant l'incendie.

« Une chaîne humaine qui s'est faite dans le calme et le respect avec tout ce qui doit être fait pour sauver le maximum de pièces », a raconté M. Durand à notre correspondant Yanik Dumont Baron.

Les oeuvres ont été extraites par une porte les unes après les autres, derrière la cathédrale, là où des véhicules des agents de la Ville de Paris les attendaient pour les emmener à quelques centaines de mètres.

Incendie

International