•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

William Barr dévoilera jeudi une version expurgée du rapport Mueller

Un homme flanqué d'un garde de sécurité s'apprête à entrer dans une voiture devant les grilles de sa maison.

William Barr, procureur général des États-Unis, sort de sa demeure à la veille d'une conférence de presse au cours de laquelle il rendra publique une version expurgée du rapport du procureur spécial Robert Mueller.

Photo : The Associated Press / Sait Serkan Gurbuz

Radio-Canada

C'est demain, jeudi, que le procureur général des États-Unis, William Barr, rendra publique une version caviardée - et très attendue - du rapport du procureur spécial Robert Mueller, fruit de 23 mois d'enquête sur des soupçons d'ingérence russe dans la campagne électorale de 2016.

Le rapport de Robert Mueller, remis le 22 mars dernier au procureur général, porte également sur des soupçons de collusion entre Moscou et des membres de l'équipe Trump, ainsi que d'entrave à la justice de la part du président américain.

Le procureur général adjoint Rod Rosenstein, qui avait nommé le procureur spécial Robert Mueller, sera aux côtés de William Barr lors d'une conférence de presse à 9 h 30 (HAE).

Le président démocrate de la Commission judiciaire de la Chambre des représentants, Jerry Nadler, a indiqué sur Twitter que le Congrès américain ne recevra pas une copie du rapport avant la conférence de presse, contrairement à la Maison-Blanche.

« Je suis profondément troublé par les renseignements selon lesquels la Maison-Blanche serait informée du rapport Mueller AVANT sa publication, écrit-il. Le département de la Justice nous a informés que nous ne recevrons pas le rapport avant 11 h ou midi, après la conférence de presse de Barr. C'est inadmissible. »

Le président Donald Trump a déclaré à la radio qu'il tiendra peut-être, à son tour, une conférence de presse jeudi, après celle du procureur général.

Les attentes sont considérables vis-à-vis du rapport de Robert Mueller, long de 400 pages et dont un résumé de 4 pages avait été transmis aux membres du Congrès américain en mars.

Vue de profil et en gros plan du président des États-Unis, Donald Trump, en train de prononcer une allocution au micro.

Le président des États-Unis, Donald Trump, lors d'une conférence de presse dans le complexe de la Maison-Blanche mercredi 17 avril 2019.

Photo : The Associated Press / Andrew Harnik

Dans ce résumé, William Barr avait indiqué que Robert Mueller n'avait pas pu faire de liens entre l'équipe de campagne de Donald Trump et les autorités russes dans cet effort de déstabilisation de l'élection présidentielle américaine de 2016.

Il appert que Robert Mueller ne détiendrait pas, non plus, de preuve pour démontrer, hors de tout doute raisonnable, que le président américain aurait fait obstruction à la justice.

William Barr écrit dans son résumé : « Le procureur spécial [Robert Mueller] indique que ce rapport ne peut pas conclure que le président a commis un crime, il ne peut pas non plus l'innocenter ».

Avec les informations de Associated Press, et Reuters

Politique américaine

International