•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rapport accablant pour l’UQTR au sujet des sages-femmes

Le ventre d'une femme enceinte
Le ventre d'une femme enceinte Photo: iStock
Claudie Simard

Discrimination, harcèlement, conflit d'intérêts : la direction de l'Université du Québec à Trois-Rivières ( UQTR) est montrée du doigt dans un rapport qui a été commandé par l'Association des étudiantes sages-femmes du Québec à l'automne 2018.

La version abrégée du rapport compte 27 pages dans lesquelles on peut lire des extraits de témoignages d’étudiantes anciennes et actuelles.

Trente-sept ont été interviewées. Vingt-trois ont demandé l’anonymat, « par peur de représailles » indique l’auteure. C’est pourquoi elle a choisi de faire ses démarches dans le secret et la confidentialité.

Les femmes qui témoignent dénoncent le climat « malsain » d’études qui les garde dans un état d’anxiété constant. Je suis devenue rigide, c’est de la survie, j’avais le sentiment de m’être fait tellement abuser, sont quelques-uns des commentaires que l’on peut y lire.

L’une raconte qu’une personne en position d’autorité a crié après elle devant les collègues et la clientèle, une autre affirme avoir vécu un traumatisme important lors de son stage en Afrique sans avoir eu accès au soutien psychologique adéquat au retour.

Plusieurs rapportent que la discrimination sur le motif de la grossesse est répandue. Une étudiante qui avait annoncé sa grossesse s’est vu interdire de commencer son stage et de poursuivre ses cours, ce qui est illégal selon la Charte, écrit l’auteure.

Des questions discriminatoires seraient aussi posées lors des entrevues, à savoir si les étudiantes ont des enfants, « si la famille est terminée », et il y aurait même des questions sur la méthode de contraception.

L’auteure soutient qu’une plainte a été déposée auprès de la Commission des droits de la personne en mars 2019 par une ancienne étudiante sage-femme qui prétend avoir été victime de discrimination basée sur la maladie et le handicap. Elle aurait été pénalisée à son retour de congé de maladie.

Une « messagère »

L’auteure du rapport, Hélène Saint-Jacques, est analyste stratégique et doctorante en analyse de politiques publiques.

Elle explique qu’elle épouse la cause des sages-femmes, ayant elle-même eu recours à l’une d’elles pour son accouchement.

La chercheuse affirme avoir essayé d'obtenir le point de vue des administrateurs du programme pour son rapport, mais qu'elle a essuyé un refus lors d'une rencontre extraordinaire organisée pour qu'elle présente ses recherches.

Elle soutient que les événements vécus s’échelonnent sur une période de 10 ans, ce qui démontre qu’il ne s’agit pas d’enjeux isolés, mais bien d’un « effet systémique ».

Elle compare le traitement et le soutien offerts aux étudiants en médecine, aux conditions des étudiantes sages-femmes.

Elle estime leur charge de travail à 60 heures par semaine et calcule 2350 heures de stage non rémunérées, un grave problème, selon elle, qui empêche les étudiantes d’accéder au Régime québécois d’assurance parentale ( RQAP) et d’être protégées par la CNESST.

Hélène Saint-Jacques critique la rigidité de la direction qui fait « la sourde-oreille »

On a tenté de me censurer, mais, moi, mon but est de collaborer avec l’UQTR. Je ne suis pas l’ennemie à abattre, je suis la messagère.

Elle propose 120 recommandations pour améliorer les conditions des étudiantes sages-femmes de l’UQTR.

L'UQTR souhaite avoir les deux côtés de la médaille

Le recteur de l’UQTR, Daniel McMahon, affirme avoir lu le rapport en entier.

Cependant, il souhaite avoir les deux côtés de la médaille.

On comprend qu’il doit y avoir une enquête indépendante, où on entend les deux parties, puisqu’ici on a des allégations, mais il faut quand même savoir quelle est la version du département et des personnes concernées au département.

Daniel McMahon, recteur de l'Université du Québec à Trois-Rivières

La direction de l'UQTR invite les étudiantes concernées à déposer une plainte formelle au protecteur universitaire pour enclencher un processus d’enquête indépendante.

Daniel McMahon s’engage à donner suite au rapport qui serait produit par la protectrice universitaire.

Il affirme aussi que le processus de révision de programme, demandé dans le rapport de Mme Saint-Jacques, va s’enclencher en même temps.

L’Association des étudiantes sages-femmes a reçu la position de l’UQTR et contacté ses membres pour encourager celles qui le souhaitent à déposer une plainte au protecteur universitaire.

Mauricie et Centre du Québec

Société