•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La MRC de la Vallée-de-l'Or milite pour le retour du programme Place aux jeunes

Des élus de la MRC de la Vallée-de-l'Or sont réunis autour d'une table en u.
Les maires de la MRC de la Vallée-de-l'Or étaient réunis en conseil le 17 avril. Photo: Radio-Canada / Thomas Deshaies
Thomas Deshaies

La MRC de la Vallée-de-l'Or (MRCVO) réclame le retour du programme Place aux jeunes dans la MRC. Une résolution a été adoptée en ce sens mercredi matin lors de la réunion du conseil des maires. En 2015, la MRCVO avait été exclue du programme, qui a pour objectif d'attirer des jeunes dans la région, et ce, en raison d'un bilan migratoire positif.

La MRCVO est la seule de l'Abitibi-Témiscamingue à ne pas bénéficier du financement d'environ 45 000 $ issu de l'organisme Place aux jeunes. Son exclusion en 2015 a été dénoncée par plusieurs élus et représentants d'organismes à l'époque.

Une femme pose pour une photo officielle.Mélanie Racette, directrice générale du Carrefour jeunesse emploi d'Abitibi-Est Photo : gracieuseté

C'est que l'organisme avait statué que puisque la MRC avait enregistré un bilan migratoire positif, elle n'était plus éligible. On arrivait avec un solde positif à 0,57 personne, on ne parlait même pas d'une personne en soi, déplore la directrice générale du Carrefour jeunesse emploi d'Abitibi-Est (CJEAE), Mélanie Racette. Dans les mois qui ont suivi la décision rendue par l'organisme Place aux jeunes en région, on était déjà revenu à la négative.

Le CJEAE avait donc mis en place un programme de service d'aide à l'établissement, sans le financement de Place aux jeunes. Mais présentement, ce service d'aide est déficitaire et on le mène à bout de bras, déplore Mme Racette.

Une fenêtre d'opportunités

Le gouvernement du Québec a annoncé un rehaussement de 3,5 millions de dollars sur cinq ans du financement de l'organisme national Place aux jeunes dans la région. Le CJEAE saisit donc cette opportunité pour tenter d'être de nouveau financé.

On est en mode proactif et on a choisi d'aller en appel d'appuis pour retrouver la bannière Place aux jeunes sur le territoire.

Mélanie Racette

Le préfet de la MRCVO, Pierre Corbeil, estime que les besoins sont « criants » dans la MRC. On est en déficit, on en a besoin, souligne-t-il. C'est de participer à tout l'effort qui est fait pour attirer les jeunes diplômés en région.

Le président de Place aux jeunes en région, Luc D’Astous, estime que cette mobilisation régionale est positive. Le fait que le milieu se mobilise dans la région pour vouloir avoir un projet Place aux jeunes, c’est très positif pour nous, parce qu’on va devoir couvrir le territoire dans les prochaines années, souligne-t-il.

Il ne souhaite toutefois pas s’engager sur un échéancier précis. Je ne peux pas m’engager à dire que votre territoire sera desservi dans la prochaine année, mais je peux m’engager à vous dire que d’ici deux ans, ça va être desservi, conclut-il.

Abitibi–Témiscamingue

Politique régionale