•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Front commun des élus pour une salle d'hémodynamie à Rimouski

Maires et préfets derrière une table
Les préfets et plusieurs maires du Bas-Saint-Laurent militeront aussi en faveur de l'implantation d'une salle d'hémodynamie à l'hôpital de Rimouski. Photo: Radio-Canada / Simon Rail-Laplante
Julie Tremblay

Les préfets et les maires des principales villes de la région veulent rencontrer la ministre de la Santé, Danielle McCann, pour réclamer l'implantation d'un service d'hémodynamie à l'hôpital de Rimouski.

Les élus joignent leur voix à celle du Comité pour une salle d'hémodynamie à Rimouski, qui milite depuis plus de 20 ans en ce sens. Ne voyant pas d'amélioration significative dans le dossier, le Comité a sollicité les élus pour intervenir sur le plan politique.

Le préfet de la MRC de Rimouski-Neigette, Francis St-Pierre, souligne qu'il y a 200 000 habitants au Bas-Saint-Laurent, sans compter la Gaspésie, ce qui justifie ce service.

C'est l'ensemble des élus du Bas-Saint-Laurent, des huit territoires des MRC qui militent pour l'implantation de ce service-là chez nous. Nous, on vient apporter notre appui en disant : "On le veut et on le veut rapidement".

Francis St-Pierre, préfet de la MRC Rimouski-Neigette

Qu'est-ce que l'hémodynamie?

L'hémodynamie permet de dilater les artères du cœur en cas de problème cardiaque, dont les infarctus. Actuellement, les patients du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie doivent être transférés à Québec pour recevoir ce type de traitement.

La cardiologue Nathalie Dionne, qui milite au sein du Comité, affirme qu'à cette étape-ci, le dossier estéminemment politique, parce que sur le plan médical, la démonstration de l'utilité d'avoir un centre d'hémodynamie en dehors d'un centre de chirurgie cardiaque n'est plus à faire.

La cardiologue Nathalie Dionne et le préfet de la MRC de Rimouski-Neigette, Françis St-PierreLa cardiologue Nathalie Dionne et le préfet de la MRC de Rimouski-Neigette, Françis St-Pierre Photo : Radio-Canada / Simon Rail-Laplante

Elle précise que l'absence d'une salle d'hémodynamie dans la région a de graves conséquences sur la santé des patients qui ont besoin de ce traitement.

Il faut transférer les patients avec des délais de temps qui font que les séquelles d'infarctus sont plus grandes, il y a des patients qui sont trop mal en point ou instables pour être transférés et ils vont décéder [...] Les exemples de ça, on en a régulièrement.

Nathalie Dionne, cardiologue

Un dossier qui chemine lentement

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent fait pourtant des démarches auprès du ministère de la Santé depuis 2016 afin de pouvoir offrir ce service aux patients de l'Est-du-Québec. Sa conseillère en communications, Arianne Doucet-Michaud, indique que le CISSS continue à travailler en ce sens auprès du ministère de la Santé.

Malgré plusieurs relances, nous sommes encore en attente d'un retour, précise-t-elle. Le CISSS ignore cependant les délais que cela prendra pour aller de l'avant.

Mme Doucet précise cependant que le projet est actuellement à l'étude à l'Institut national en santé et en services sociaux (INESSS), ce qui représente une avancée dans ce dossier.

À Trois-Rivières, un centre d'hémodynamie a vu le jour en 2017, trois ans après avoir obtenu le feu vert de Québec.

Bas-Saint-Laurent

Santé