•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un couple terrifié par un ours polaire au Labrador

Photo d'un ours polaire prise de la fenêtre d'un chalet.

L'ours polaire guette le chalet du couple Dyson, à Batteau, au Labrador.

Photo : Carrie Dyson

Radio-Canada

Une femme de Terre-Neuve-et-Labrador estime que son mari et elle sont chanceux d'être encore en vie après une rencontre avec un ours polaire qu'elle décrit comme ayant été « agressif ».

Carrie Dyson et son mari séjournaient à leur chalet de Batteau, au Labrador. Elle explique que son mari avait repéré deux ours polaires rôdant autour du chalet d’un voisin, et avait décidé de les faire fuir en mettant en marche sa motoneige.

Mais une demi-heure plus tard, l’un des ours polaires se trouvait à proximité du chalet des Dyson, fixant intensément les occupants par une des fenêtres.

Le couple explique avoir essayé faire le plus de bruit possible pour effrayer l’animal, frappant en vain aux portes et aux fenêtres. Même des coups de fusil tirés en l’air n’ont pas dérangé l’intrus.

Carrie Dyson affirme que l’ours polaire grondait dans sa direction.

Elle affirme que l’ours a mordu dans le siège de leur motoneige, en arrachant un morceau d’un coup de dents.

Motoneige avec le siège partiellement endommagé.

Selon Carrie Dyson, l'ours polaire a arraché avec ses dents une partie du siège de cette motoneige.

Photo : Carrie Dyson

C’était horrible, dit Mme Dyson. Elle ajoute que son mari a tenté de la calmer, mais qu’elle pouvait déceler la peur dans sa voix.

Le couple n’avait plus que deux cartouches de fusil et hésitait à faire feu en direction de la bête. C’est un voisin appelé en renfort qui a fait fuir l’ours en circulant à motoneige.

Cette mésaventure a coupé court au séjour du couple, qui est retourné immédiatement à la maison et a annulé ses vacances de Pâques au chalet. Il y a trop d’ours polaires, dit Mme Dyson.

Carrie Dyson dit qu’elle peut encore voir dans sa tête le regard de l’ours polaire, la fixant à travers la fenêtre. Ça va prendre des jours avant que je puisse effacer ce souvenir, dit-elle.

Avec les informations de CBC

Terre-Neuve-et-Labrador

Nature et animaux