•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 20 ans survenait la fusillade à l’école secondaire de Columbine

    L'animatrice Céline Galipeau présente un reportage sur le dixième anniversaire du massacre à l'école Columbine.

    Il y a 20 ans se produisait le massacre à l'école Columbine aux États-Unis.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Le 20 avril 1999, deux adolescents assassinent 12 élèves et un enseignant à l'école secondaire de Columbine dans l'État américain du Colorado. S'ajoutent 24 blessés. Cette tuerie a, comme le rappellent nos archives, traumatisé la société américaine.

    Avertissement : Certaines images dans les reportages pourraient être choquantes.

    Une tuerie dans une école

    C’est à l’heure du lunch que l’horrible drame a commencé. Deux hommes masqués, lourdement armés et munis d’explosifs se sont mis à tirer sur des étudiants. L’école secondaire Columbine, en banlieue de Denver, compte 1800 élèves.

    Danielle Levasseur

    Téléjournal/Le Point, 20 avril 1999

    C’est par ces phrases que la journaliste Danielle Levasseur commence son récit présenté au Téléjournal/Le Point du 20 avril 1999 qu’anime Pascale Nadeau.

    L’école Columbine est devenue ce jour-là une scène d’horreur.

    Rappelons les faits.

    Deux élèves de l'école secondaire Columbine, voulant se venger de la méchanceté des autres écoliers, veulent éliminer le plus de gens possible dans l’établissement. Ils l'attaquent avec des fusils d'assaut et des bombes artisanales.

    La tuerie à l’école Columbine s’ajoute à d’autres massacres. Entre octobre 1997 et les événements à l’école Columbine, cinq autres établissements d'enseignement avaient connu des fusillades mortelles aux États-Unis.

    Le bilan des morts et des blessés s’élève à 37. Il aurait pu être beaucoup plus grave s’il n’avait tenu qu’aux deux assassins.

    Le journal intime d’un des deux adolescents révèle que leur plan prévoyait tuer au moins 500 personnes à l’école Columbine.

    Ils voulaient aussi pirater un avion et le faire s’écraser sur la ville de New York.

    Un débat sur le contrôle des armes à feu frappé d'immobilisme

    Nous avons un Columbine aux États-Unis chaque jour. 13 enfants meurent par balle tous les jours.

    Tom Maiser, père d’un enfant tué lors d’une fusillade

    Le massacre à l’école Columbine sème la consternation aux États-Unis.

    La tuerie a eu lieu dans un établissement qui se trouve dans une banlieue blanche.

    Si un bain de sang peut survenir dans un tel environnement, craint-on dans la société américaine, ça peut arriver n'importe où.

    Une des conséquences des événements à l’école Columbine a été de raviver le débat sur le contrôle des armes à feu aux États-Unis.

    Des dizaines de projets de loi ont été soumis au Congrès américain et dans les législatures des 50 États de l'Union.

    Téléjournal/Le Point, 20 avril 2000

    Mais comme le souligne un reportage du correspondant à Washington Guy Gendron présenté un an après le massacre de Columbine au Téléjournal/Le Point le 20 avril 2000, c’est plutôt l’immobilisme qui a eu le dessus dans ce débat.

    Une séquence du reportage laisse songeuse. On y voit des gens déposer 4223 paires de chaussures sur les marches de la législature de l’État du Colorado où se trouve l’école de Columbine.

    Ces chaussures représentent tous les enfants tués par balle un an après la tragédie aux États-Unis.

    Une vingtaine de projets de loi visant à resserrer le contrôle des armes à feu ont été déposés après le massacre de Columbine à l’Assemblée de l’État du Colorado.

    Tous ont été rejetés.

    Parmi les parlementaires s’opposant à ces projets de loi, il y a Don Lee. Ce dernier représente le district où se trouve l’école Columbine.

    Le propre fils de Don Lee était présent à Columbine quand la fusillade a eu lieu!

    Aux États-Unis, le Parti républicain et un puissant lobby, la National Rifle Association, s’oppose bec et ongles au contrôle des armes à feu.

    Que ce soit au niveau national ou des États, ces derniers ont réussi à bloquer la plus grande partie des propositions des partisans de restrictions à l'accès et à la vente d'armes à feu.

    Un changement à l'horizon?

    Malgré la douleur et de nombreuses autres tueries, peu d’Américains remettent en question la vente d’armes aux États-Unis.

    Hugues Poulin

    Cet immobilisme, il se perpétue après les événements de l’école Columbine.

    Téléjournal, 20 avril 2009

    Le correspondant parlementaire Hugues Poulin le constatait déjà lors du dixième anniversaire de la tragédie. Il en faisait part dans un reportage qu’il a présenté au Téléjournal du 20 avril 2009 qu’animait Céline Galipeau.

    Hugues Poulin souligne que, 10 ans après le massacre de Columbine, il est encore plus facile d’acheter des armes aux États-Unis.

    Le président Clinton avait décidé d’un interdit sur les fusils d’assaut. Son successeur, le président George W. Bush, a annulé cette prohibition.

    En décembre 2018, une étude menée par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, la principale agence fédérale des États-Unis en matière de protection de la santé publique, annonçait que 39 773 Américains avaient été tués par une balle en 2017.

    C'est le chiffre le plus élevé depuis 1968.

    L’immobilisme tirait-il cependant à sa fin?

    En 2018, 69 lois ont été adoptées dans plusieurs États pour resserrer le contrôle de la vente et de la possession d’armes à feu contre neuf projets de loi relaxant leur vente.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    International