•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ancien terrain du centre Algo est vendu

Il ne reste plus que cette pancarte sur l’ancien terrain du centre commercial Algo, qui s’est partiellement effondré en juin 2012, tuant deux femmes et faisant plusieurs blessés.
La Ville d’Elliot Lake a décidé d’acheter le terrain au terme d’un vote très serré. Photo: Radio-Canada / Frédéric Projean
Radio-Canada

Au cours d'un vote serré de 4 contre 3, c'est finalement le conseil municipal d'Elliot Lake qui a décidé de se porter acquéreur du terrain sur lequel était construit le tristement célèbre centre commercial Algo. En 2012, deux personnes sont mortes et plusieurs autres ont été blessées lors de l'affaissement partiel du toit de l'édifice.

La Ville d’Elliot Lake a dépensé 900 000 $ et devient propriétaire du site.

La compagnie à numéro appartient à un promoteur immobilier sudburois qui avait acheté le terrain de la famille Nazarian.

Selon l’entente, 5 des 13 acres seront revendus au promoteur immobilier pour la somme de 150 000 $.

On y construira un complexe résidentiel et commercial.

Rien ne s’est passé avec ce terrain depuis la tragédie, et il est grand temps de panser les plaies, a dit le maire d’Elliot Lake, Dan Marchisella.

La Ville souhaite ériger sur sa partie de terrain un centre récréatif comprenant une piscine et un nouvel aréna.

Daniel Gagnon assis à son bureau.Le directeur municipal d’Elliot Lake, Daniel Gagnon, s’est rendu sur place tout de suite après l’incident. Photo : Radio-Canada / Jean-Loup Doudard

Oui certainement il y avait beaucoup d’émotions à cause des deux décès en 2012. Le terrain était une plaie pour toute la communauté, sans développement, sans perception de taxes, sans stationnement. L’on compte 10 000 résidents et il existe 10 000 opinions, a indiqué le directeur général de la Municipalité, Daniel Gagnon.

Certains conseillers, dont Norman Mann, croient que le terrain aurait dû demeurer aux mains d’intérêts privés, pour le développement commercial.

En décembre dernier, le conseil municipal s’était opposé à l’achat du même terrain.

Politique municipale

Économie