•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec veut mieux réglementer le tourisme d'aventure

Québec veut mieux réglementer le tourisme d'aventure
Jean-François Deschênes

Le gouvernement étudie la possibilité de mieux encadrer les activités du tourisme d'aventure au Québec. Une bonne nouvelle pour des intervenants qui souhaitent une réglementation uniforme pour la sécurité dans l'industrie.

Des rencontres sont prévues afin d’étudier différents scénarios possibles pour un meilleur encadrement des activités guidées et autoguidées en tourisme d’aventure, explique par courriel une porte-parole du ministère du Tourisme.

Le directeur d'Aventure Écotourisme Québec (AEQ), Pierre Gaudreault, est de ceux qui ont mis en place de nombreuses normes de sécurité en tourisme d'aventure depuis la noyade, en 2002, dans une rivière gaspésienne, du neveu de l'ancienne championne olympique Sylvie Bernier.

C'est encore un peu le Far West au Québec

Pierre Gaudreau, directeur d'Aventure Écotourisme Québec

Il reste encore beaucoup de travail à faire selon M. Gaudreau. Encore aujourd'hui, les entreprises peuvent établir leurs règles elles-mêmes.

C'est pour cette raison qu'il participe à la réflexion avec le gouvernement pour déterminer les meilleures façons d'encadrer les activités guidées et autoguidées en tourisme d'aventure.

Ministères et société qui participent aux rencontres

  • ministère du Tourisme
  • ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur
  • ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs
  • Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq)
Paysage hivernal avec deux grimpeurs qui escaladent une paroi de glacePaysage hivernal avec deux grimpeurs qui escaladent une paroi de glace Photo : Destination Sept-Îles Nakauinanu

M. Gaudreault aimerait que les entreprises offrent les mêmes standards de qualité pour les activités de plein air, mais il y aura des conséquences financières. Plus on met des obligations, plus il y a des coûts. Il faut qu'ils forment des guides avec des brevets. Il y a des ratios d'encadrement, des systèmes de communications, du matériel de sécurité. Tout ça, c'est des coûts supplémentaires que ces entreprises-là doivent s'imposer en étant membre d'Aventure écotourisme Québec.

Ça va uniformiser au niveau de la concurrence déloyale par les entreprises qui ne respectent pas les mêmes normes que chez nous

Pierre Gaudreault , directeur d'Aventure Écotourisme Québec

Il croit que la sortie du livre et du documentaire qui porte sur la triste histoire de Sylvie Bernier dans les derniers jours a ravivé l'importance de mieux réglementer cette industrie.

Nombre d’entreprises membres de l’AEQ

  • Province : 135
  • Gaspésie : 12
  • Côte-Nord : 6
  • Bas-Saint-Laurent : 5

Formation en tourisme d'aventure

C’est une bonne nouvelle pour le coordonnateur du programme en Tourisme d'aventure du Cégep de Gaspé, Charles Préfontaine. Il aimerait que Québec en profite pour réfléchir à la valeur du diplôme qui est offert par quatre institutions au Québec.

Pour éviter qu'à l'avenir, il y ait des gens qui aient une formation de premiers soins en région isolée, de 40 heures, et qui puissent agir comme guide, comme en fait, un étudiant qui sort d'une formation de trois ans au BAC ou au DEC.

Le propriétaire d’Eskamer aventure à Sainte-Anne-des-Monts, Yann Barriault, possède toutes les accréditations d'Aventure écotourisme Québec (AEQ) pour assurer la sécurité de ses clients.

Homme habillé avec un équipement de sécurité pour les randonnées en kayak.Pour Yann Barriault, la sécurité est primordiale lorsqu'il fait des activités de canyoning ou en Kayak de mer. Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Si toutes les entreprises respectent les mêmes normes, c'est toute l'industrie du tourisme d'aventure qui s'en portera mieux. Si personne ne fait ce qu'il faut [...], il arrivera encore des accidents éventuellement.

Le gouvernement n'a pas établi d'échéancier pour une l'adoption d'une possible réglementation pour l'instant.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Prévention et sécurité