•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La C.-B. s’attaque à la surreprésentation des Autochtones dans le système pénal

La Cour suprême de la Colombie-Britannique à Vancouver.

Le Service des poursuites de la Colombie-Britannique espère offrir de meilleure services à la population autochtone.

Photo : Radio-Canada / Mike Laanela

Radio-Canada

La surreprésentation des Autochtones dans le système de justice pénale est « inacceptable », soutient le Service des poursuites de la Colombie-Britannique, qui a annoncé, mardi, une série de changements dans ses politiques afin de faire face au problème.

Dans un communiqué, le sous-procureur général adjoint de la province, Peter Juk, affirme que le système judiciaire ne donne pas de bons services aux Autochtones. « Le colonialisme, les déplacements et l’assimilation forcée ont contribué à leur surreprésentation dans le système, écrit-il. Les préjugés, le racisme et la discrimination systémique ne font qu’aggraver la situation. »

En adoptant de nouvelles politiques et en révisant celles qui existent, le Service des poursuites de la Colombie-Britannique espère changer sa façon de traiter les dossiers concernant des Autochtones, qu'ils soient témoins, victimes ou accusés.

Les changements touchent les questions de mise en liberté sous caution, de probation et d’inculpation.

Les nouvelles directives demandent notamment à la Couronne de « considérer les facteurs systémiques qui pourraient avoir contribué à mener l’accusé devant les tribunaux ». Le Service des poursuites demande aussi aux procureurs de tenir compte, dans leurs prises de décision, des circonstances culturelles et historiques uniques des accusés et des victimes autochtones impliqués dans une affaire.

Des changements à surveiller

La professeure de droit de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) et ancienne représentante de la province pour la jeunesse, Mary Ellen Turpel-Lafond, considère que les changements apportés sont significatifs. « C’est un grand pas en avant », dit-elle.

Elle souligne toutefois qu’il faudra surveiller de près l’impact de ces nouvelles directives, dans les prochains mois et les prochaines années, pour s’assurer qu’elles permettent bel et bien de réduire le nombre d’Autochtones incarcérés dans la province.

Le Service des poursuites de la Colombie-Britannique indique que d'autres changements pourraient être apportés dans les prochains mois afin d’améliorer le système de justice pénale pour la population autochtone.

Colombie-Britannique et Yukon

Justice