•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Passerelle-I.D.É. a envoyé un avis de diffamation au Toronto Star

Léonie Tchatat au micro
Léonie Tchatat présidente de La Passerelle I.D.É, une association liée à Campagne 2000 Photo: Radio-Canada / Cristèle Magnout
Natasha MacDonald-Dupuis

La Passerelle-I.D.É. dit avoir envoyé un avis de libelle diffamatoire au Toronto Star en lien avec l'enquête du journaliste Kevin Donovan du quotidien, qui avance notamment que l'organisme aurait créé un programme d'aide « fictif » pour prostituées.

L'organisme francophone accuse le journal torontois d'avoir intentionnellement déformé la nature, l'objectif et le contenu de ses programmes.

La Passerelle-I.D.É. est sous les projecteurs depuis la publication de cette enquête, qui soutient que l'organisme franco-torontois aurait créé un programme « fictif » pour aider les prostituées à se sortir du proxénétisme.

L'organisme qualifie ces allégations de « fausses », et a précisé mercredi que le programme « Sans Visages » n'était pas destiné aux travailleuses du sexe.

Radio-Canada n’a pas pu vérifier indépendamment les allégations du Toronto Star.

Le quotidien torontois a aussi révélé que les dirigeants de la Passerelle-I.D.É., Léonie Tchatat et Guy Taffo, avaient admis avoir utilisé à des fins personnelles des billets de concert et d'événements sportifs destinés à des enfants dans le besoin. Radio-Canada a confirmé que ces billets avaient été utilisés par les dirigeants, mais La Passerelle-I.D.É. cite un « malentendu ».

Les gouvernements fédéral et provincial ainsi que la Ville de Toronto ont ouvert des enquêtes sur l'organisme.

Charité Léo

Dans le même courriel envoyé à Radio-Canada contenant son communiqué à propos du Toronto Star, La Passerelle-I.D.É. ajoute ceci : Nous sommes déçus de la couverture médiatique de la Charité Léo par Radio-Canada aujourd’hui, qui est fondée en partie sur les insinuations et les rumeurs publiées dans le Toronto Star.

L'enquête de Radio-Canada est fondée sur des états financiers détaillés ainsi que sur des témoignages d'experts. Elle révèle que la Charité Léo a rapporté n'avoir rien dépensé en activités charitables à l'Agence du revenu du Canada de 2015 à 2018.

Léonie Tchatat a refusé nos demandes d'entrevue répétées sur la Charité Léo avant la publication de l’article.

Toutefois, dans son courriel, elle promet de mettre au clair toutes les allégations à l'endroit de La Passerelle-I.D.É. et de la Charité Léo.

Le Toronto Star a confirmé à Radio-Canada avoir reçu l'avis de diffamation, mais n'a pas commenté pour l'instant.

Toronto

Francophonie