•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault ferme la porte à Kenney : pas de nouveaux pipelines au Québec

Véronique Prince fait part des nombreuses réactions, au Québec, aux propos du nouveau premier ministre de l'Alberta.
Anne Marie Lecomte

Le premier ministre François Legault a répondu mercredi à Jason Kenney qu'il n'y a pas « d'acceptabilité sociale pour un nouveau pipeline au Québec ». Dans son discours de victoire, le premier ministre élu de l'Alberta avait déclaré en français, à l'intention de M. Legault, que l'Alberta a besoin de pipelines « pour la prospérité de tous les Canadiens, y compris des Québécois ».

« C’était un geste élégant de parler en français et de m’adresser quelques mots », a déclaré François Legault lors d'une mêlée de presse à l'Assemblée nationale.

Mais le premier ministre du Québec n'entend pas donner suite à l'appel de son futur homologue de l'Alberta.

Et plutôt que d'élaborer sur les pipelines, M. Legault a enchaîné sur ce que l'Alberta et le Québec ont en commun. « Bien sûr nous avons des priorités communes, l’économie, nous avons aussi un projet très important d'oléoduc de gaz [...] GNL, on parle de milliers d’emplois très bien payés », a-t-il dit.

Le projet GNL Québec, évalué à plus de 9 milliards de dollars, vise la construction d’une usine de gaz naturel liquéfié à Saguenay. Le gaz proviendrait de l’Ouest canadien.

Au sujet du pétrole, François Legault affirme que 53 % de ce qui est acheminé au Québec provient des provinces de l'Ouest grâce au pipeline Enbridge. « Pour ce qui est d’autres pipelines, il n’y a pas d’acceptabilité sociale pour ça », a-t-il ajouté.

Le chef du Parti conservateur uni (PCU) Jason Kenney a remporté mardi une victoire décisive par laquelle il est parvenu à unir la droite albertaine et à prendre les rênes d'un gouvernement probablement majoritaire. Dans son discours, prononcé devant une assemblée en liesse, M. Kenney a déclaré que l'Alberta a « la chance d’avoir la troisième réserve de pétrole au monde ».

« Si le Québec et les autres provinces veulent accepter les transferts fiscaux massifs provenant de l’Alberta, alors s’il vous plaît, aidez-nous à développer nos ressources naturelles et notre économie », a-t-il lancé en français.

Le Québec et la péréquation

Durant la période de questions à l'Assemblée nationale, M. Legault a affirmé que la victoire éclatante de Jason Kenney ressemblait un peu « par son ampleur » à la victoire de la Coalition avenir Québec (CAQ) l'automne dernier.

Aux yeux du chef de l'opposition, le libéral Pierre Arcand, tant MM. Legault que Kenney « détestent la péréquation », soit ces sommes provenant d'impôts fédéraux et qui sont distribuées dans les provinces en fonction d’un calcul défini à l’avance par Ottawa et les provinces.

Dans son discours de victoire, M. Kenney a fait allusion à la péréquation lorsqu'il a évoqué « les transferts fiscaux massifs ».

À l'Assemblée nationale, le premier ministre du Québec a rétorqué à Pierre Arcand qu'une entente avait été conclue jusqu'en 2022 en matière de péréquation. « C'est vrai que les libéraux nous ont laissé une situation qui fait que le Québec est plus que jamais dépendant de la péréquation [...], a dit M. Legault, mais on va corriger ça ».

Manon Massé de Québec solidaire a quant à elle rappelé la déclaration qu'avait faite François Legault au sujet « du pétrole sale de l'Alberta » qui n'était pas « dans l'intérêt du Québec ». Selon Mme Massé, M. Legault avait alors eu une attitude « digne d'un chef d'État du 21e siècle ».

« Nous voulons au Québec une économie moderne sans énergies fossiles et sans oléoducs », a déclaré Manon Massé.

L'optimisme du secteur pétrolier de l'Alberta

Dans les secteurs pétroliers et gaziers albertains, la victoire du Parti conservateur uni de Jason Kenney est source d'espoir.

Le président de l’Association canadienne des explorateurs et des producteurs (EPAC), Tristan Goodman, salue la création d’une cellule de crise (war room) pour défendre la réputation des sables bitumineux, annoncée par Jason Kenney, et son approche sans compromis pour faire construire de nouveaux pipelines.

De son côté, Tim McMillan de l'Association canadienne des producteurs pétroliers considère qu'en réservant une partie de son discours au Québec, mardi soir, Jason Kenney indique qu'il entend traiter la relation de l'Alberta avec le Québec comme une priorité.

M. McMillan croit que le secteur canadien de l'énergie se trouve désormais dans une position renforcée. Et il affirme que nombre de sondages ont illustré que les Québécois souhaitaient avoir accès aux ressources canadiennes par opposition à celles de l'Arabie saoudite.

En décembre dernier, un sondage commandé par l'Institut économique de Montréal (IEDM) illustrait que 66 % des répondants québécois préfèrent importer du pétrole de l’Ouest canadien plutôt que de n’importe quel autre endroit dans le monde.

Avec les informations de Philippe Leblanc

Politique fédérale

Politique