•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les échafaudeurs de Notre-Dame assurent n'avoir rien à se reprocher

Un imposant échafaudage surplombe le toit effondré de la cathédrale.
Des échafaudages installés pour les travaux de rénovation à la cathédrale Notre-Dame sont toujours bien visibles, au surlendemain de l'incendie. Ils devront être retirés, a indiqué mercredi un porte-parole des pompiers de Paris. « Ils ne tiennent plus grâce au toit et sont soumis aux aléas météorologiques », indique-t-il. Photo: Getty Images / Dan Kitwood
Reuters

L'entreprise engagée dans le chantier autour de la flèche de Notre-Dame a déclaré à Reuters que l'alerte incendie avait été déclenchée non par son dispositif de sécurité mais par les alarmes de la cathédrale, un élément susceptible d'orienter l'enquête pour « destruction involontaire par incendie ».

L'échafaudage autour de la flèche érigée au XIXe siècle par Viollet-le-Duc était équipé de détecteurs de mouvement, non de détecteurs de fumée, a rectifié jeudi Marc Eskenazi, chargé par la compagnie d'assurances AXA de la communication de l'entreprise Europe Echafaudage.

Une première alerte incendie a été donnée à 18 h 20 lundi, mais elle n'a pas permis de détecter un départ de feu, a expliqué le procureur de Paris. Puis il y en a eu une seconde à 18 h 43, lors de laquelle un feu a été constaté au niveau de la charpente. La cathédrale avait entre-temps été évacuée.

Les premières flammes ont été aperçues au pied de la flèche ajoutée au XIXe siècle à cet édifice gothique du Moyen-Âge, ce qui ne signifie pas que l'incendie a débuté à cet endroit.

La seule équipe qui travaillait lundi sur la cathédrale était celle d'Europe Échafaudage, filiale du groupe Le Bras Frères, qui a remporté les trois marchés du chantier de restauration des parties hautes de la flèche. Selon le procureur Rémy Heitz, cinq entreprises au total participent au chantier.

Le montage de l'échafaudage, amorcé en décembre 2017, était sur le point de s'achever. Il était électrifié, pour alimenter deux ascenseurs et un éclairage, a précisé dans un entretien à Reuters Marc Eskenazi.

La procédure prévoit qu'en fin de chantier, en fin de journée, on coupe l'électricité générale du chantier. Donc on coupe les ascenseurs et l'éclairage de l'échafaudage, et on remet la clé à la conciergerie de la sacristie. Lundi soir en partant, c'est exactement ce que les ouvriers ont fait. La procédure a été respectée, elle a été bien sûr dûment enregistrée dans les registres, le cahier à cet effet, à la sacristie.

Marc Eskenazi

De source policière, on estime que « si c'est un accident, c'est à 90 % un départ électrique, car c'est la seule source d'énergie dans le bâtiment ». On confirme de même source qu'il n'y avait pas de soudure en cours.

Des flammes et de la fumée s'échappent de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Les premières flammes ont été aperçues au pied de la flèche, ce qui ne signifie pas que l'incendie a débuté à cet endroit. Photo : Getty Images / AFP/FRANCOIS GUILLOT

Un « reportage photo » confié à la police

Aucun outil de soudage, aucun chalumeau, aucun « point chaud » n'était présent sur le chantier, assure Marc Eskenazi. La descente des ouvriers a commencé à 17 h 20, et à 17 h 50 ils étaient tous partis, a-t-il précisé. Soit 30 minutes avant la première alerte.

Du point de vue de la sécurité, l'échafaudage extérieur ne comportait pas d'extincteur automatique à eau, mais il était doté d'alarmes incendie.

« Aucune alarme d'Europe Échafaudage ne s'est déclenchée », a indiqué Marc Eskenazi. « Les alarmes qui se sont déclenchées, ce sont des alarmes de la cathédrale, ce ne sont pas les nôtres. »

Par ailleurs, une caméra pointée sur la flèche avait été installée pour suivre l'avancée du chantier, a-t-il révélé, ajoutant que l'enregistrement « timelapse » [avec un effet d'accéléré, NDLR], potentiellement précieux, a été remis aux enquêteurs.

« Des photos ont été prises toutes les dix minutes à partir de lundi 14 h et l'appareil photo a été confié à la brigade criminelle par M. Le Bras », a-t-il dit, faisant état d'un véritable « reportage photo ».

Ils peuvent bien voir d'où vient la première fumée par exemple, d'où elle sort, je pense que le film a un certain intérêt pour l'enquête

Marc Eskenazi

De source policière, on confirme que les auditions des différents protagonistes – ouvriers, gardes de sécurité – se recoupent : le feu a d'abord été aperçu au pied de la flèche. Cela ne veut pas dire nécessairement que c'est là que le feu a commencé, souligne-t-on.

Pour une source proche du chantier, il n'y a à ce stade qu'une certitude, « le départ de l'incendie est côté sud ».

Les enquêteurs n'ont pour le moment pas pu entrer dans l'édifice en raison des travaux de sécurisation en cours.

Incendie

International