•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Risques d'inondations : conditions « alarmantes » prévues au Nouveau-Brunswick

Un parc est englouti sous la crue des eaux à Fredricton.
Un parc sous l'eau à Fredericton, mercredi. Photo: Radio-Canada / Michel Corriveau
Radio-Canada

Les prévisionnistes s'attendent à ce que des inondations frappent plusieurs municipalités du Nouveau-Brunswick cette fin de semaine.

L'Organisation des mesures d'urgence (OMU), conjointement avec Environnement Canada, a tenu un point de presse mercredi après-midi.

Le Centre hydraulique d'Environnement Canada a émis un rapport qui prévoit des conditions alarmantes pour l'ensemble de la province, et ce, jusqu’à la semaine prochaine.

Une situation changeante dans les températures enregistrées durant les derniers jours porte à croire que les niveaux d'eau pourraient considérablement augmenter. Près de 16 municipalités du Nouveau-Brunswick sont présentement considérées à risque (partant de Saint-François dans le nord de la province jusqu’à Saint-Jean au sud).

Ces régions pourraient être inondées d'ici lundi et l’OMU prévoit que la situation ne se règlera pas tout de suite. Certaines routes dans la province ont déjà été fermées aux automobilistes.

On est chanceux cette année, parce qu’on a eu beaucoup de temps pour se préparer aux inondations printanières, indique Greg MacCullin, de l’OMU.

On n’est pas sorti du bois.

Greg MacCullin, de l'Organisation des mesures d'urgence

À Fredericton, le niveau de crue est de 6,5 mètres au-dessus du niveau moyen de la mer. Dimanche, selon le programme de surveillance des cours d’eau du Nouveau-Brunswick, il devrait atteindre 7,6 mètres.

Un banc de parc est englouti par l'eau qui monte sans cesse à Fredericton.L'eau monte déjà très vite à certains endroits du Nouveau-Brunswick Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

On remarque présentement un dégel accéléré, ce qui sera accompagné d’importantes précipitations, indique le porte-parole du Centre d’hydrologie, Jasmin Boisvert. Ça pourrait changer, mais on est confiants qu’il y aura des inondations durant les prochains jours.

Liste des municipalités à risque :

  • Saint-François
  • Clair
  • Baker-Brook
  • Saint-Hilaire
  • Edmundston
  • Iroquois
  • Saint-Basile
  • Sainte-Anne-de-Madawaska
  • Saint-Léonard
  • Kennebecasis
  • Fredericton
  • Maugerville
  • Jemseg
  • Grand Lake;
  • Sheffield / Lakeville Corner
  • Quispamsis / Saint-Jean

Des embâcles dans le haut du fleuve

D’ailleurs, les résidents de deux localités dans le nord-ouest de la province ont eu chaud au cours de la soirée et de la nuit de mardi à mercredi lorsque des embâcles se sont formés dans le fleuve.

Le maire du Haut-Madawaska, Jean-Pierre Ouellet, avait publié un message sur Facebook pour demander aux riverains dans le secteur de Baker-Brook d’être vigilants.

On leur a demandé de se tenir prêt à évacuer parce que c’était devenu un niveau critique, étant donné les embâcles qu’il y avait sur la rivière Saint-Jean à partir de Baker Brook jusqu’en direction d’Edmundston. Ces embâcles-là ont cédé cette nuit vers 3 heures du matin, et le niveau de la rivière Saint-Jean est passé en quelques heures de 18 pieds à 13 pieds, expliquait-il, mercredi matin.

Le village de Baker-Brook inondé en 2008Baker-Brook a connu des inondations de grande ampleur en 2008. Photo : Radio-Canada

Autre lieu critique : Perth-Andover, où le niveau de l'eau n’avait cessé de monter, mardi, à cause d’un embâcle qui s’était formé dans une partie plus étroite du fleuve. L’embâcle a toutefois cédé et le fleuve a repris un niveau plus normal mardi soir.

Le mot d'ordre : vigilance

Geoffrey Downey incite les Néo-Brunswickois qui habitent près du fleuve à demeurer vigilants et à toujours avoir à leur disposition une trousse d’urgence qui comprend de l’eau et de la nourriture, une radio à piles, une lampe de poche, de l’argent liquide, des vêtements et une bonne provision de médicaments, pour ceux qui en prennent.

Les gens ont encore le temps de faire des préparatifs; ils devraient en profiter, conseille-t-il.

L’Organisation des mesures d’urgence conseille aux gens d’être prêts à subvenir à leurs besoins sans aide extérieure pendant 72 heures, en cas de catastrophe naturelle.

Le printemps dernier, le Nouveau-Brunswick a justement connu des inondations catastrophiques dans le bas du fleuve Saint-Jean. Le fleuve était sorti de son lit à de nombreux endroits et avait causé pour près de 80 millions de dollars de dommages, selon les estimations.

Avec des informations du Réveil Nouveau-Brunswick et de CBC

Nouveau-Brunswick

Incidents et catastrophes naturelles