•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coup d'éclat environnementaliste à Montréal et à Londres

Trois personnes enchaînées derrière une banderole où il est écrit « urgence climatique ».
Le mouvement Extinction Rebellion a été fondé à Londres, en octobre 2018. Photo: Radio-Canada / Ivanoh Demers
Radio-Canada

Un groupe de militants écologistes du mouvement Extinction Rebellion a bloqué les entrées de l'immeuble qui abrite les bureaux montréalais de François Legault, tôt mercredi matin.

Vers 5 h du matin, six manifestants se sont enchaînés aux deux portes principales de l’immeuble où se situe le bureau du premier ministre à Montréal, près de l’intersection des rues McGill et Sherbrooke. Ils réclament la fin de l'inaction politique face à l'urgence climatique.

Les policiers du Service de police de la Ville de Montréal ont facilité l'entrée des employés par une autre porte. Un peu plus tard, ils ont coupé les chaînes qui liaient les militants, tout en les laissant manifester jusqu'à 9 h.

Cette action du mouvement Extinction Rebellion menée à Montréal sous la thématique « Résister aujourd’hui pour exister demain » s’inscrit dans le cadre d’une semaine mondiale d’action pour alerter l’opinion publique sur l’urgence d’agir pour sauver l’environnement et contrer les changements climatiques.

On est ici pour forcer le gouvernement à prendre des mesures urgentes, immédiates et décisives face aux changements climatiques, à déclarer un état d’urgence face aux changements climatiques. Comme on dit, ils sont à nos portes, alors on est aux portes du premier ministre.

Elza Kephart, militante environnementaliste
Un manifestant lève le point devant l,entrée d'un immeuble.Des militants du mouvement Extinction Rebellion se sont enchaînés aux portes de l'immeuble qui abrite les bureaux de François Legault à Montréal. Photo : Radio-Canada / IVANOH DEMERS

Le groupe Extinction Rebellion est un mouvement écologiste apparu en octobre 2018, à Londres.

Des militants écologistes de plusieurs pays, dont des Québécois, se sont joints à ce réseau qui multiplie les actions et les coups d’éclat non violents dans le monde pour sensibiliser l’opinion publique face à la détérioration du climat et de l’environnement sur la planète.

Surnommé XR, le groupe s'inspire du mouvement américain des droits civiques et de la stratégie de résistance pacifique de Ghandi qui a conduit à l'indépendance de l'Inde.

Chemins de fer paralysés à Londres

À Londres, des militants d’Extinction Rebellion sont aussi passés à l’action mercredi en paralysant des lignes ferroviaires en montant sur le toit de wagons de train, obligeant les autorités à les déloger.

Un policier surveille un train sur lequel des manifestants tiennent une banderole.Des manifestants d'Extinction Rebellion ont bloqué une ligne ferroviaire à Londres. Photo : Reuters / Henry Nicholls

Ils ont bloqué les gares d'Oxford Circus et de Marble Arch en pleine heure de pointe. Mardi, le mouvement avait réussi à paralyser plusieurs secteurs de Londres.

Il réclame que le gouvernement déclare l'état d'urgence climatique et ramène à zéro les émissions nettes de gaz à effet de serre d'ici 2025.

La police britannique a procédé à 290 arrestations depuis le début de la semaine dans le cadre des actions d'Extinction Rebellion.

Le réseau projette de mener des actions et des mobilisations dans 80 villes de 33 pays jusqu’au 22 avril, notamment à Paris, Vienne, Melbroune et Washington.

Grand Montréal

Environnement